Retour de grimaces pour Jim Carrey

H. H. Publié le - Mis à jour le

Cinéma

Tom Popper est un agent immobilier aux dents longues qui se donne corps et âme pour son boulot. S’il est très apprécié de ses patrons, il a perdu au passage femme et enfants, qu’il ne voit qu’un week-end sur deux. Mais c’est bien connu (surtout dans les histoires pour enfants et le cinéma hollywoodien ), chez tout homme, subsiste une part d’enfance. Quand il reçoit un dernier cadeau de son père - explorateur au long cours qu’il n’a que trop peu vu et qui vient de mourir -, sa vie bascule. Il faut dire que ce présent est tout sauf anodin puisqu’il s’agit d’un pingouin ! D’un manchot pour être précis Rapidement, voilà qu’il héberge dans son magnifique appartement new-yorkais six charmants intrus, à plumes mais néanmoins cinéphiles : ils restent, en effet, scotchés devant les films de Chaplin, dont ils reconnaissent la démarche ! Tandis qu’il transforme petit à petit son salon en banquise, M. Popper délaisse son boulot. Au plus grand plaisir de son fils et de sa fille mais aussi de son ex-femme

Tirée d’un livre pour enfants de 1938 très populaire outre-Atlantique, cette production vise clairement un jeune public. Avec ses comédies ados ("Freaky Friday" et "Lolita malgré moi") ou ses "Chroniques de Spiderwick", Mark Waters est expert en la matière. Il embarque donc Jim Carrey dans une comédie loufoque qui rappelle les débuts de l’acteur. Lequel n’a jamais vraiment tourné le dos aux mimiques et aux grimaces qui lui ont valu ses premiers succès ("The Mask", "Dumb & Dumber", "Menteur, menteur"). Le hic, c’est que, malgré quelques scènes vraiment barrées, le propos est sage, très sage. La force de frappe du comique visuel de Carrey s’en trouve clairement amoindrie D’autant que l’acteur canadien semble, comme le film, manquer un peu d’énergie. On sent bien que, depuis "Truman Show", "Man on the Moon" ou "Eternal Sunshine of the Spotless Mind", il aspire à autre chose qu’à se trouver résumé à de simples gesticulations faciales. Et quand il doit s’y adonner ici, cela tombe parfois carrément à plat, l’acteur manquant d’entrain.

Gentillet dans son propos (il faut garder son âme d’enfant), "M. Popper et ses pingouins" n’est, ceci dit, pas totalement dénué de charme. Ainsi, la scène débridée de la réception au musée Guggenheim possède une force destructrice réjouissante, façon "The Party". Tandis que les clins d’œil cinéphiles se multiplient pour divertir le public adulte. Comme cette petite pique décrochée à "La marche de l’empereur" qui, en 2005, a pourtant lancé cette mode des pingouins au cinéma ! Après "Happy Feet" ou "Les rois de la glisse", revoici donc ces facétieux petits oiseaux polaires, en version live cette fois De quoi occuper les après-midi d’été pluvieux des plus jeunes.

H. H.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Vidéo
    "Un homme pressé", ou quand Fabrice Lucchini réapprend à vivre après un AVC

    Dans le rôle d’un patron victime d’un AVC, Fabrice Luchini se prend la langue dans les syllabes.

  2. 2
    Stan Lee, le père fondateur de Marvel est mort

    Le scénariste et éditeur américain Stan Lee, décédé lundi à 95 ans, a révolutionné le monde de la bande dessinée et la culture populaire en créant notamment pour la maison d'édition Marvel les personnages de Spider-Man, Hulk, des X-Men ou des Quatre Fantastiques.

  3. 3
    Hugh Jackman, Robert Downey Jr,... Voici les principales réactions au décès de Stan Lee

    Voici les principales réactions au décès du scénariste et éditeur américain Stan Lee, créateur de très nombreux personnages animés, notamment Spider-Man, Hulk, les X-Men ou Black Panther. - Hugh Jackman, qui a interprété au cinéma Wolverine, ...

  4. 4
    Le Belge Victor Polster récompensé à Stockholm pour son rôle dans "Girl"

    Victor Polster a décroché vendredi soir le prix du meilleur acteur au Festival international du film de Stockholm, annonce le Fonds flamand pour l'audiovisuel (VAF). Ce n'est pas le premier prix reçu par le jeune comédien à qui le réalisateur Lukas ...

  5. 5
    Katherine MacGregor, l'acariâtre Mrs Olson de "La Petite maison dans la prairie", est décédée

    L'actrice américaine Katherine MacGregor qui jouait l'épicière acariâtre Harriet Oleson dans la série télévisée "La Petite Maison dans la prairie", est décédée à l'âge de 93 ans, ont rapporté les médias américains. L'actrice est décédée mardi à Los Angeles, selon son représentant Tony Sears cité par les médias.

cover-ci

Cover-PM