Revivre la musique

H. H. Publié le - Mis à jour le

Cinéma

Dans une prison allemande anonyme, se déroule un étrange manège... On amène un piano à queue. L'objet, incongru dans un univers carcéral, est apporté à la demande de Frau Krüger, laquelle enseigne le piano aux détenues depuis 60 ans. Interloquée par le talent de la jeune Jenny, incarcérée pour meurtre, elle décide de la préparer au concours d'entrée du Conservatoire...

Le cinéma s'est souvent servi de la musique, de la danse, de l'art en général, comme d'une porte de sortie pour des jeunes en difficulté. "Vier Minuten" n'échappe pas à la règle. Cependant, malgré un côté un peu tapageur dans sa mise en scène, ce second long métrage de Chris Kraus ne ressemble en rien à la vision idéalisée façon Hollywood. En effet, le réalisateur se concentre ici, plus que sur la musique ou son côté pédagogique, sur la relation entre cette jeune criminelle et cette vieille dame. Une relation que l'on pressent de plus en plus ambiguë au fur et à mesure que l'on découvre, en flash-back, le passé de Frau Krüger.

C'est sans doute là où "Vier Minuten" manque un peu de pudeur en faisant intervenir inutilement la Seconde Guerre mondiale et la Shoah. Dommage, car pour le reste, le film se révèle extrêmement dur, opposant avec force la retenue du professeur à la fougue de son élève. Face à l'excellente Monica Bleibtreu (la mère de Moritz Bleibtreu), la jeune Hannah Herzsprung fait preuve d'un tempérament explosif. Cette tension qu'elle tente sans cesse de dominer explose littéralement dans la scène finale qui donne son titre à un film entièrement construit pour mener vers elle. Une scène hallucinante et hallucinée, l'un des trop rares moments de cinéma dans une oeuvre finalement un peu trop prévisible.

H. H.

Facebook

Derniers articles

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM

RECO llb_sb_1

RECO llb_sb_2

RECO LlbSb3

RECO llb_sb_4

RECO llb_sb_5

RECO llb_sb_6