Cinéma

A jamais, on se souviendra de Roger Moore comme de l’un des James Bond les plus emblématiques. L’acteur anglais est décédé aujourd’hui en Suisse à 89 ans des suites d’un cancer, ont annoncé ses trois enfants sur le compte Twitter de leur père.

Né le 14 octobre 1927 dans le quartier pauvre de Stockwell, au sud de Londres, Roger Moore est issu d’une famille modeste, d’un père policier et d’une mère caissière. Après une année d’université avortée, le jeune homme est incorporé à 18 ans dans le Royal Army Service Corp. Victime d’un grave accident de voiture en Allemagne, il rentre en Angleterre, où il étudie à la prestigieuse Royal Academy of Dramatic Art de Londres. Multipliant les figurations au cinéma dès la fin des années 40, il doit attendre une décennie avant de connaître le succès au petit écran, en incarnant dès 1958 le rôle-titre de la série "Invahoé". Suivront "Le Saint" et "Amicalement vôtre", qui achèveront d’en faire une véritable star.


James Bond, le rôle d’une vie

Dès 1961, Moore avait été pressenti par les producteurs Harry Saltzman et Albert Broccoli pour incarner l’agent secret imaginé par Ian Fleming. Pris par le tournage de la série "Le Saint", il doit renoncer, laissant la place à Sean Connery, qui crée le personnage dans "James Bond 007 contre Dr No" en 1962. Moore lui succédera en 1973 (après la parenthèse George Lazenby) dans "Vivre et laisser mourir" de Guy Hamilton. A 45 ans, il est ainsi l’acteur le plus âgé à avoir débuté dans le rôle.

Jouant Bond à sept reprises durant 12 ans (un record), Moore aura su imposer un style nouveau, un 007 plus léger, parfois à la limite de la parodie, dans une série de films qui feront basculer la saga du côté de grosses productions de moins en moins réalistes, multipliant les gadgets délirants et les scènes d’action spectaculaires. Si l’on a plus ou moins oublié les nombreuses James Bond Girls tombées dans ses bras (à l’exception de Jane Seymour et Carole Bouquet), on se souvient de ses adversaires : Scaramanga dans "L’homme au pistolet d’or" (Christopher Lee), Drax dans "Moonraker" (Michael Lonsdale) ou Zorin dans "Dangereusement vôtre" (Christopher Walken).

A l’issue de ce dernier film en 1985, atteint par la limite d’âge, il doit céder le rôle à Timothy Dalton. Moore aura en effet été, à 58 ans, le plus vieux James Bond de l’histoire… Pourtant, les fans devront attendre l’arrivée de Pierce Brosnan dix ans plus tard pour retrouver un 007 aussi charismatique. Avant que Daniel Craig ne vienne rebattre les cartes en 2006 et donner un coup de jeune à la franchise…


Une fin de carrière discrète

Marqué par l’ombre Bond, Roger Moore n’a plus jamais retrouvé de rôle à la hauteur de son immense popularité. Refusant de tourner la suite des "Oies sauvages" (son plus gros succès hors James Bond en 1978) après la mort de son complice Richard Burton, il s’éclipse doucement. En 1990, on peut le voir aux côtés de Michael Caine dans le médiocre "Double arnaque". Six ans plus tard, il perd encore en crédibilité en cachetonnant dans "Le grand tournoi", de et avec Jean-Claude Van Damme. Avant de jouer, en 1997, les faire-valoir pour les Spice Girls dans "Spice World". Par la suite, il se contentera d’apparitions, souvent dans son propre rôle, ou de prêter sa belle voix.

Exilé fiscal en Suisse et à Monaco dès 1978, Moore aura pourtant su rester dans le cœur de ses compatriotes - il sera même fait chevalier commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique en 2003 -, lui qui fut, à l’écran, l’une des incarnations les plus parfaites du flegme et de l’humour britanniques… Dont il témoignait si bien dans ses "Mémoires", parues en français il y a deux ans.


Près de 70 ans de carrière (filmographie sélective)

  • 1945: première apparition au cinéma dans Le verdict de l’amour d’Alexander Korda.
  • 1955: Mélodie interrompue de Curtis Bernhardt. 
  • 1956 : Diane de Poitiers de David Miller. 
  • 1958-1959 : devient une star en interprétant le rôle-titre de la série britannique Ivanhoé
  • 1961: Le trésor des sept collines de Gordon Douglas. 
  • 1962-1969: il incarne Simon Templar dans 118 épisodes de la série Le Saint.
  • 1971-1972 : il est Lord Brett Sinclair dans la série Amicalement vôtre.
  • 1973: incarne pour la première fois James Bond dans Vivre et laisser mourir de Guy Hamilton. 
  • 1974: L’homme au pistolet d’or de Guy Hamilton (Bond). 
  • 1977: L’espion qui m’aimait de Lewis Gilbert (Bond). 
  • 1978: Les oies sauvages d’Andrew V. McLaglen.
  • 1979: Moonraker de Lewis Gilbert (Bond). 
  • 1980: Le commando de sa Majesté d’Andrew V. McLaglen. 
  • 1981: Rien que pour vos yeux de John Glen (Bond). 
  • 1981 : L’équipée du Cannonball d’Hal Needham. 
  • 1983: Octopussy de John Glen (Bond). 
  • 1983: L’héritier de la panthère rose de Blake Edwards. 
  • 1985: dernière incarnation de 007 dans Dangereusement vôtre de John Glen. 
  • 1990: Double Arnaque de Michael Winner. 
  • 2016 : dernières apparitions, dans son propre rôle, au cinéma dans The Carer de János Edelényi et, au petit écran, dans le téléfilm Le Saint. La boucle était bouclée...