«Spanish day» à Bruxelles

H.H. Publié le - Mis à jour le

Cinéma

Un réveil sonne et tire Miguel de ses rêves. En retard, l'homme presse sa fille, la dépose en vitesse à l'école et file à Zaventem... Miguel, d'origine espagnole, travaille en effet comme livreur de billets pour son frère Juan, patron de l'agence de voyages Sol Travel. A bord de sa petite camionnette jaune, il parcourt Bruxelles. Mais il fait étrangement chaud en ce 12 janvier, ce qui laisse présager une journée pas comme les autres...Ça commence par l'arrivée inopinée de Sonia dans sa voiture, une jeune immigrée ukrainienne recherchée par la police pour s'être échappée d'un convoi qui l'emmenait gentiment vers l'avion du retour à Odessa... Bientôt rejoint par sa fille et sa mère, Miguel va conduire toute cette petite troupe à la recherche de Yevgeni, le mari de Sonia... L'occasion également pour lui d'ouvrir les yeux sur sa relation avec sa propre femme, chanteuse exilée à New York qu'il doit rejoindre dans un mois.

Sans forcer le trait, le jeune réalisateur Stéphane Vuillet aborde ainsi par transparence des thèmes délicats, ceux de l'immigration mais aussi de la séparation. L'idée du road movie, comme les petites touches d'humour absurde donnent en effet à ce premier long métrage un rythme enlevé et un parfum de légèreté qui permettent au jeune Français de dresser un portrait en demi-teintes de la Belgique.

«Welcome in Belgium!», s'exclame ainsi à l'adresse de son invitée surprise le personnage principal. Et le film d'enchaîner par une série de plans muets mettant en scène un Bruxelles où les différentes cultures se côtoient et s'entrecroisent. Mais la fraîcheur qui se dégage de ce «25° en hiver» enlève toute la lourdeur qu'aurait pu avoir un discours social plus appuyé. Au contraire, le film nous offre une vision plutôt optimiste de notre société, sans toutefois éviter quelques clichés...

Et la troupe de comédiens enthousiastes, emmenés par un irréprochable Jacques Gamblin, une Carmen Maura tout en décalage mais aussi une gamine épatante (Raphaëlle Molinier), distille un agréable moment d'une naïveté trop souvent laissée de côté.

© La Libre Belgique 2004

H.H.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Paul Schrader: "On a tout foutu en l’air. C’est notre cadeau aux générations futures..."

    Cinéma Le festival de Gand, qui se déroule jusqu'au 19 octobre prochain, est l’unique occasion de découvrir sur grand écran « First Reformed », le dernier opus du scénariste des plus grands films de Scorsese…

  2. 2
    Venantino Venantini, acteur dans les "Tontons flingueurs", est décédé

    L'Italien est mort à l'âge de 88 ans. L'acteur italien Venantino Venantini, connu pour avoir joué des seconds rôles dans des dizaines de films italiens et français, est décédé dimanche soir, selon l'agence de presse italienne ANSA, titrant ...

  3. 3
    Vidéo
    "Johnny English contre-attaque", espion et scénario à l'ancienne, efficacité redoutable

    Rowan Atkinson reprend du service dans une parodie à l’ancienne, bien pitchée.His name is English, Johnny English. Et tous les dix ans environ, il reprend du service. C’est qu’à la veille du G12, les services secrets britanniques sont ...

  4. 4
    Vidéo
    Dans "Un 22 juillet", Netflix retrace la tuerie de masse d'Anders Breivik

    Le Britannique Paul Greengrass s’est immergé en Norvège pour dénoncer la montée de l’extrémisme de droite…

  5. 5
    Vidéo
    12h de légalisation du meurtre pour la première "Purge"

    "The First Purge", un quatrième volet très politique du "cauchemar américain".Quand James DeMonaco a imaginé "The Purge" en 2012, le propos était dystopique. Tensions et violences étaient évidemment présentes dans la société américaine mais ...

cover-ci

Cover-PM

RECO llb_sb_1

RECO llb_sb_2

RECO LlbSb3

RECO llb_sb_4

RECO llb_sb_5

RECO llb_sb_6