Cinéma Suite des aventures au grand écran de l’héroïne BD de Darasse et Zidrou…

Entre BD et cinéma français, ce n’est pas franchement le grand amour… Pour vingt films complètement ratés - il suffit de penser aux récents "Gaston Lagaffe" et "Spirou et Fantasio" -, il en est cependant un qui tire parfois son épingle du jeu. C’est plus surprenant encore lorsqu’il s’agit d’une suite… En l’occurrence celle des aventures de Tamara, l’héroïne imaginée par Darasse et Zidrou qui, fin 2016, avait réuni près d’un million de spectateurs dans les salles françaises.


On retrouve la jeune fille rondelette (toujours campée par Héloïse Martin) sur le quai de la gare de Lens. Elle dit au revoir à sa mère (Sylvie Testud). C’est qu’avec sa copine Sam (Noémie Chicheportiche), elles montent à Paris pour aller étudier à la Sorbonne. Sur place, à la recherche d’un appart, elles se résolvent à accepter une coloc avec le pervers Wagner (campé par le Youtubeur belge Jimmy Labbeu, aux forts accents poelvoordiens) et… le beau Diego (Rayane Bensetti), l’ex de Tamara. Qu’à cela ne tienne, celui-ci a refait sa vie avec une jolie nageuse, tandis que Tamara en pince pour James, un DJ mystérieux…

Toujours confié à Alexandre Castagnetti (revu entre-temps avec une autre comédie ado, assez insupportable celle-là, "La colle"), ce second volet surclasse le premier "Tamara", qui tâchait sans doute trop de décalquer la BD. Tirant plus vers le cinéma - malgré l’une ou l’autre scènes délirantes -, ce volume 2 remplit en effet parfaitement son office, parvenant à faire vivre à l’écran une galerie de personnages très typés. Et ce grâce à un casting de jeunes comédiens enjoués.

Le réalisateur d’"Amour et turbulences" (2013) retrouve ici le goût d’une comédie romantique décalée et plutôt très drôle. Dialogues savoureux et rythme sont en effet au rendez-vous de "Tamara 2", qui propose de plus un vrai miroir à son public. A cette génération d’ados qui ont grandi avec Internet et les réseaux sociaux et qui succombent parfois un peu trop vite aux sirènes d’Instagram, rêvant un peu vite de devenir des "influenceurs". Au risque de se couper de la réalité et de ce qui compte vraiment, l’amitié. Voilà une morale qui ne mange pas de pain mais qui ne peut pas faire de mal non plus…

Réalisation : Alexandre Castagnetti. Scénario : A.Castagnetti & Béatrice Fournera (d’après la BD de Christian Darasse et Benoît Drousie). Avec Héloïse Martin, Rayane Bensetti, Noémie Chicheportiche, Jimmy Labeeu, Sylvie Testud… 1 h 42.

On lira, dans les pages Culture de "La Libre" du jour une rencontre avec le Belge Jimmy Labeeu.