Cinéma

Europacorp, la société de Luc Besson dont la Peugeot Taxi est un peu le symbole, a-t-elle été rachetée ? En effet, c’est au volant d’une Mercedes que Franck Gastambide fait son numéro sur les… Champs-Elysées.

Apparemment, c’est juste un prologue pour un placement de produit et un pré-plantage du décor. Plan suivant, le super keuf est prié d’aller mettre toute la gomme à la police municipale de Marseille en compagnie d’une équipe de… clichés neuneu. Là, on a déjà touché le fond. Et pourtant, la suite est pire. Le commissaire Gilbert est devenu maire. Le malheureux Bernard Farcy est atteint d’une samynacérite foudroyante, il massacre toutes les vannes pourries, c’est pas beau à voir. Toujours pas convaincu de changer de salle ? On vous aura prévenu, voici maintenant le vomi comme arme de dissuasion des poursuivants. Voilà pour le niveau de l’humour, celui de "Kaira", de "Pattaya" pour les moins de 10 ans.

A moins d’apprécier la vulgarité, la laideur, le gras et Pierre-François Martin-Laval; "Taxi 5" n’a aucune chance de faire rire. Le problème, c’est qu’il ne fait pas vibrer non plus. Dans le genre action automobile, "Fast and Furious" a monté la barre depuis 2007. Et notre "Taxi 5" en est toujours à faire vroum-vroum au ras du bitume. Il y a bien une tentative de rendre cela drôle mais aux conditions déjà citées.

En fait, on attend 1h42, l’arrivée d’un scénariste. Il a dû se barrer en Uber.

Taxi 5 - Réalisation : Franck Gastambide. Scénario : F. Gastambide, Stéphane Kazandjian, Luc Besson. Avec Franck Gastambide, Malik Bentalha, Bernard Farcy, Sabrina Ouazani… 1h42.

© IPM