Cinéma

En 1976, "Les dents de la mer" de Steven Spielberg a lancé la carrière du réalisateur et starifié pour leur malheur les requins au rang de prédateur numéro un. Quarante ans plus tard, le cinéma d’exploitation surfe toujours sur la vague, mais avec moins de scénario (vite torché, cousu de fil blanc), un casting diversifié (qui lorgne vers la Chine, avec notamment Li Bingbing, désormais abonnée de ce type de coproductions), toujours plus de gonflette pour les squales numérisés et le héros tourmenté (Jason Statham). 

Le "Meg" du titre est un mégalodon, libéré des tréfonds préhistoriques de la fosse des Mariannes par une exploration scientifique. Ça commence comme "The Abyss", ça flirte avec "Jurassic Park", pour recycler le modèle jawsien dans le dernier tiers (dont l’attaque sur une plage surpeuplée de zakouskis chinois en guise de parodie-hommage). 

Le coup dans l’eau se résume à ceci : avec un budget de série B (40 millions actuels), Spielberg a créé la matrice des blockbusters. Quatre fois mieux doté, Jon Turteltaub commet une série Z. Même au second degré, on rit jaune - sans jeu de mots.


© IPM
Réalisation : Jon Turteltaub. Scénario : Dean Georgaris. Avec Jason Statham, Li Bingbing, Ruby Rose,… 1h53