Cinéma

Après avoir mis en scène les spectacles sur scène de Kev Adams, Serge Hazanavicius (le frère de Michel) retrouve la star des 12-18 ans pour son premier long métrage de fiction dans "Tout là-haut". On craint une grosse comédie bien lourdingue façon "Les Bronzés font du ski" 2.0. Il n’en est rien. Le jeune humoriste incarne ici Scott, un jeune surdoué du snowboard un peu fou fou, qui s’est fait un nom avec ses vidéos sur YouTube. Un jour de tempête à Chamonix, il rencontre son idole : l’ancien champion reconverti en guide de haute montagne Pierrick Lefranc, avec qui il descend une piste noire difficile. Entre le jeune et son aîné, le courant prend. Et Scott fait part de son projet : être le premier à descendre le Hornbein, l’un des couloirs les plus difficiles partant du sommet de… l’Everest.

Dans le milieu de la glisse, le Hornbein apparaît comme un graal. Pour l’instant, un seul s’y est essayé, le snowboardeur français Marco Siffredi, qui y trouva la mort lors de sa tentative en septembre 2002. Preuve qu’il faut quand même avoir un grain non seulement pour se lancer à l’ascension du toit du monde mais en plus pour avoir envie de le descendre en ski, exploit réalisé pour la première fois en 1996 par l’Autrichien Hans Kammerlander via un autre couloir.

Etrange projet quand même de la part de Serge Hazanavicius - qui offre au passage un petit rôle tout à fait prétexte à sa belle-sœur Bérénice Bejo - que de raconter, sous forme de biopic, le récit d’un exploit… imaginaire. Porté par un Kev Adams pas trop tête à claques pour une fois (à la différence de Vincent Elbaz, mauvais comme un cochon), "Tout là-haut", sans être désagréable, ne présente dès lors que peu d’intérêt. Sauf sans doute pour les fondus de sports extrêmes, qui se délecteront des impressionnantes scènes de descentes, réalisées par Stéphane Dan, conseiller sur le film et sur le scénario.


© IPM
Réalisation : Serge Hazanavicius. Scénario : S.Hazanavicius, Stéphane Dan&Nary-Noëlle Dana. Avec Kev Adams, Vincent Elbaz, Mélanie Bernier, Bérénice Bejo, Serge Hazanavicius… 1 h 39