Cinéma

Le label BBC est synonyme de qualité en termes de documentaires nature. Produit dans le cadre de la série "Earth film series", "Un nouveau jour sur Terre" en apporte une nouvelle démonstration. Narrant une journée sur notre planète, cette production de prestige nous emmène aux quatre coins de la Terre, à la découverte des derniers espaces de liberté sauvage, de l’Antarctique à la savane africaine en passant par les montagnes d’Amérique du Nord. Une journée, ce n’est rien pour nous. C’est pourtant toute une vie pour les éphémères. Et leur danse à la surface d’une rivière est un spectacle grandiose…

Très classique dans son propos, sans surprise dans sa mise en scène, ce voyage prend évidemment tout son sens au grand écran, histoire de profiter pleinement d’images en ultra-haute définition somptueuses. Car on sera immanquablement ébloui par les techniques innovantes utilisées dans ce documentaire. Comme ces somptueux ralentis de pingouins surfant sur des vagues glaciales, ces images accélérées de la croissance du bambou ou encore ce spectacle nocturne époustouflant de vers luisants dans une grotte de Nouvelle-Zélande…

Ces avancées technologiques dans la prise de vue permettent de rester au plus près des animaux et, souvent, de vibrer avec eux. Il n’est dès lors plus besoin d’en passer par l’anthropomorphisme pour s’inquiéter du sort d’un petit zèbre emporté par le courant d’une rivière, désespérément encouragé par sa mère à ne pas se décourager… Ou pour sourire face à la danse des grizzlis se grattant le dos en se frottant vigoureusement contre un pin.

Dit en français par Patrick Ridremont, le commentaire se contente de nous raconter ce que l’on voit, de remettre ces bribes d’existence de la vie des animaux dans leur contexte, sans faire de digression sur les dangers qui pèsent sur notre Terre. Pourtant, face à ces images de la beauté à couper le souffle de notre planète, impossible de ne pas penser à la fragilité de ces derniers espaces sauvages. Des merveilles de la nature toujours plus menacées par l’avidité destructrice de l’humanité. L’Homme est le seul animal que ne filme pas "Un nouveau jour sur Terre" (sinon des enfants dans sa conclusion). Il s’agit pourtant, de loin, du plus dangereux des prédateurs…


© IPM
Réalisation : Peter Webber, Lixin Fan&Richard Dale. Musique : Alex Heffes. Montage : Andi Campbell-Waite. Avec la voix de Patrick Ridremont en VF (Robert Redford en anglais et Jackie Chan en chinois). 1h35.