Cinéma

PREVIEWS

Soyons francs, le film d'ouverture du BIFFF (P 44, 11/3, 20h30 & 22h30) ne sera pas le plus marquant: «White Noise» de Geoffrey Sax surfe sur la vague des films fantômes, prisés par Hollywood depuis que les Japonais l'ont remis au goût de la nuit. Michael Keaton (un revenant lui aussi) guette sur les interférences radio la voix de sa femme, inopinément décédée. Un type qui tripote des boutons pendant une heure trente, même avec Deborah Kara Unger pour lui tenir compagnie, c'est vite lassant. Les «Bifffeurs» en ont vu d'autres...

Au même instant, les aficionados du Nova découvriront quant à eux l'étrange «Kontroll» (11/3, à 20h30; rediffusion le 12/3 à 18h30), un thriller angoissant dans le métro de Budapest dans lequel Nimrd Antal fait preuve d'un génie formel indéniable, même si son scénario a un petit goût de déjà vu...

Le premier samedi du festival sera réservé aux valeurs sûres. Notamment avec la projection de «Saw» (P 44, 12/3, 20h30), carton au box-office américain signé James Wan. Entre «Cube» et «Seven», un petit film étonnant, diaboliquement malin et efficace en forme de casse-tête dans une salle de bain des plus cradingues...

Un peu plus tard, les fanatiques de l'horreur asiatique réserveront un accueil chaleureux au «Three Extremes» (P 44, 12/3, 00h30) de trois réalisateurs bien barrés: le Hong-Kongais Fruit Chan, le Japonais Takashi Miike et le Coréen Park Chan-wook. Un film sandwich des plus appétissants s'il est à la hauteur de l'alléchant et malsain «Dumplings», le segment signé Fruit Chan.

Personne n'a oublié le dessin animé «L'Âge de glace», de Chris Wedge et Carlos Saldanha. On attendait donc avec curiosité leur «Robots», présenté dimanche matin dans la programmation Enfantastique à l'Actor's Studio (13/3, 11h30; rediffusion au P 44 le 20/03 à 16h30). Si le visuel est rutilant comme une carrosserie américaine, le scénario du p'tit robot qui monte à Robot City pour mettre en boîte le vilain industriel a les rouages si visibles que la mécanique coince un peu.

Pour les plus grands, Harry Cleven présente le soir en compétition «Trouble» (P 44, 13/03, 20h30), un thriller schizophrène assez décevant. Malgré son casting impeccable (Magimel, Regnier et Gourmet), le film s'embarque dans une intrigue emberlificotée dont il a bien du mal à se dépêtrer...Réservé aux couche-tard indulgents, «Cmara oscura» («Deadly Cargo») (P 44, 13/3, 00h30) se contente de placer un groupe de jeunes plongeurs face à un équipage de marins russes plus que menaçants... Un survival tout ce qu'il y a de plus classique signé par l'Espagnol Pau Freixas.

© La Libre Belgique 2005