Cinéma

Un soir, dans un appartement de la banlieue de Reykjavik, un couple entend ses voisins faire l’amour. Si Agnes décide d’enfiler des boules Quies, Atli est plus réceptif. La jeune femme le retrouve quelques minutes plus tard devant son ordinateur la main dans le pantalon. La situation est gênante. Surtout qu’à l’écran, elle reconnaît son mari en pleine action avec Rakel, l’une de leurs amies… Jeté dehors, Atli trouve refuge chez ses parents, Baldwin et Inga. Lesquels se disputent de plus en plus violemment avec leurs voisins. En cause, l’arbre dans leur jardin, dont l’ombre empêche leur voisine Eybjorg, très attachée à son corps, de bronzer…

Porté par de très bons comédiens islandais, dont Sigurður Sigurjónsson (vu dans "Rams" de Grímur Hákonarson) et Þorsteinn Bachmann (l’excellent "Tom of Finland" de Dome Karukoski), "Under the Tree" est une comédie noire assez jubilatoire, qui fait voler en éclat l’image de la société nordique parfaite. Maniant humour à froid et sarcasme, Hafsteinn Gunnar Sigurðsson s’amuse en effet dans son troisième long métrage à nous dévoiler la face cachée et plutôt sombre de personnages tout ce qu’il y a de plus normaux.

A partir d’un banal conflit de voisinage, le jeune cinéaste islandais met en scène une véritable guerre des nerfs mais pas seulement. Ce qu’il filme à l’œuvre, c’est en effet l’engrenage de la violence, une bassesse en amenant une autre, toujours plus grave. Jusqu’à l’explosion finale.

Si l’on rit noir, c’est que l’on se reconnaît forcément un peu. Avec cette histoire toute simple, qui pourrait se passer dans n’importe quelle petite banlieue au monde, Sigurðsson touche en effet à des thèmes universels. Sans réellement surprendre - on a déjà vu pas mal de comédies scandinaves ou nordiques du genre - et malgré un final assez grotesque, "Under the Tree" réussit en effet à aborder de façon métaphorique des questions riches qui se posent à chacun d’entre nous : individualisme, égoïsme, vie en société, rapports hommes-femmes, relations parents-enfants, obsession de l’image de soi…

Réalisation : Hafsteinn Gunnar Sigurðsson. Scénario : Huldar Breiðfjörð & H.G.Sigurðsson. Avec Steinþór Hróar Steinþórsson, Edda Björgvinsdóttir, Sigurður Sigurjónsson… 1 h 29.

© IPM