À chaque jour son "belgicisme"

Publié le - Mis à jour le

Livres - BD

30/12/2011:Instiguer v. tr.

1. Encourager qqn (à faire qqch.). Les syndicats ont instigué leurs membres à débrayer. Il nous a instigués à porter plainte.
2. Encourager la création et/ou le développement de (qqch.) ; promouvoir (qqch.). Instiguer une nouvelle dynamique. Il s’agira d’instiguer et de stimuler le travail en réseau.
► Vitalité peu élevée et significativement décroissante, en Wallonie et à Bruxelles ; surtout employé dans des contextes formels.
► Équivalents en fr. de référence : 1. inciter, pousser ; 2. favoriser, promouvoir, répandus en Belgique francophone. — Encore attesté dans les dictionnaires fr. du XIXe siècle, instiguer n’est plus enregistré en fr. de référence, à la différence des formes de la même famille instigation, instigateur, toujours usuelles.


Gouttiner v. impers.

Pleuvoir légèrement. Il a gouttiné toute l’après-midi. Il gouttine, mieux vaut rentrer ton linge.
► Vitalité moyenne et stable dans les provinces de Namur et de Luxembourg, mais très faible dans les autres régions de la Wallonie. Inusité à Bruxelles.
► Équivalents en fr. de référence : bruiner, pleuviner, également employés en Belgique francophone.
► De goutte, type < goutt-in-er >.


28/12/2011:Emmanchure n. f.

1. Fam. Situation passablement compliquée, qui se présente mal. Se sortir d’une vilaine emmanchure.
2. Fam. Affaire suspecte ; plan peu honnête. C’est encore une des emmanchures du voisin. Qu’est-ce que c’est encore pour* une emmanchure ?
► Vitalité peu élevée et décroissante en Wallonie. Peu usité à Bruxelles. — Également employé au Québec et en Louisiane.
► Équivalents en fr. de référence : 1. embrouillamini, mauvais pas ; 2. combine, (fam.) magouille, également employés en Belgique francophone. — Le fr. de référence enregistre emmanchure avec le sens : “ouverture pratiquée dans un vêtement pour y ajuster les manches ou pour laisser passer les bras”. La proximité avec l’usage attesté en Belgique francophone (et dans les parlers romans de la Wallonie) est plutôt à rechercher dans l’emploi métaphorique du verbe emmancher dans des contextes négatifs : mal s’emmancher “mal se présenter”, etc.


27/12/2011:Kern n. m.

Comite ministériel restreint, qui réunit les principaux membres du gouvernement fédéral*. La restructuration de l’armée a été approuvée par le kern. Le kern n’a pas tranché dans le dossier du nucléaire.
REMARQUE
Cette appellation est quelquefois appliquée aux réunions des principaux membres du gouvernement régional wallon. Une réunion du kern a eu lieu à l’Élysette [dénomination plaisante du siège de la présidence du gouvernement wallon], juste avant le conseil des ministres au complet.
► Vitalité moyenne et stable en Belgique francophone, surtout dans les milieux politiques et la presse.
► Emprunt au néerl. de Belgique kern [kabinet] (même sens).


26/12/2011: Cocognes n. f. pl.

FAM. Cadeau à l’ occasion de la fête de Pâques. Recevoir de belles cocognes. Aller chercher ses cocognes chez son parrain. Voir cloches.
► Vitalité élevée mais décroissante dans la province de Liège ; faible dans les autres régions de la Wallonie. Inusité à Bruxelles.
► Emprunt au wallon cocogne “oeuf de Pâques”.


25/12/2011:Margaille n. f.

Fam. Querelle, dispute souvent bruyante. Être en margaille avec son voisin. C’est la margaille entre le curé et ses paroissiens depuis des années. La soirée s’est terminée par une margaille générale. Voir bisbrouille, brette.
► Vitalité moyenne mais décroissante en Wallonie. Quasi inusité à Bruxelles.
► Équivalents en fr. de référence : altercation, bagarre, également employés en Belgique francophone.
► Cette forme, que l’on observe également dans les parlers romans de la Wallonie, est d’origine incertaine.


24/12/2011:Goulafe n.

FAM. Personne qui mange avidement. Faire le goulafe. Manger comme une goulafe. Variante : goulafre.
► Vitalité élevée et stable, en Wallonie et à Bruxelles. — Également employé sous cette forme dans le Nord-Est de la France.
► Équivalent en fr. de référence : goinfre, répandu en Belgique francophone.
► De goule “gueule”, type < goul-afe >.


23/12/2011:PARASTATAL, -ALE, -AUX adj. et n. m.

1. Adj. Qui a un statut semi-public en rapport avec l’État. Les institutions parastatales. L’O.N.E.*, organisme parastatal national, a été communautarisé* en 1983.
2. N. m. Organisme à statut semi-public en rapport avec l’État. La Régie des bâtiments est un parastatal sous la tutelle du ministère des Finances.
REMARQUE
La création des Régions* et des Communautés*, qui ont repris certaines compétences de l’État fédéral*, est à l’origine des dénominations pararégional* et paracommunautaire* qui désignent des organismes de statut semi-public en rapport avec les Régions* et avec les Communautés*.
Il s’agit toutefois d’un usage peu répandu, parastatal continuant de s’employer pour désigner des organismes de statut semi-public liés aux Régions* ou aux Communautés*.
► Appartient au lexique des institutions politiques belges et n’est guère diffusé en dehors de ce milieu et de la presse. — Également attesté au Burundi. — Le néerl. de Belgique emploie la forme parastataal (standard semioverheids-).
► Équivalent en fr. de référence : semi-public, connu en Belgique francophone.
► Composé de para- “à côté de” et statal (du latin status “état”). Voir aussi paracommunal*.


22/12/2011:Percoler v. intr.

À propos d’idées ou de mentalités, pénétrer dans un milieu sous la pression des medias, de l’actualité, d’une personne qui fait autorité. Faire percoler un message. La réforme de Bologne percole aujourd’hui dans l’enseignement supérieur européen. L’esprit du festival devrait percoler chez tous les participants.
► Vitalité peu élevée mais stable en Belgique francophone, surtout dans des textes formels ou didactiques.
► Emploi figuré du fr. technique percoler “pour un liquide ou un gaz sous pression, passer à travers une substance ou un milieu poreux”, non enregistré en fr. de référence.


21/12/2011:Rétroactes n. m. pl.
Ensemble de faits antérieurs à une situation donnée et qui expliquent celle-ci. Expliquer les rétroactes d’un procès. Exposer les rétroactes d’une affaire. Il faut connaître les rétroactes de ce dossier pour comprendre la position des Flamands.
REMARQUE
Dans la presse écrite, rétroactes est souvent employé seul, en guise d’introduction à l’historique d’une situation. Rétroactes – Le 19 juillet dernier, le gouvernement wallon adoptait en première lecture l’avant-projet de décret relatif à l’économie sociale.
► Vitalité peu élevée mais stable, en Wallonie et à Bruxelles, mais surtout dans des contextes formels.
► Équivalent en fr. de référence : antécédents, également employé en Belgique francophone.


20/12/2011: Soufflette n. f.

Fam. Poche d’air qui forme une boursoufflure (sous une surface de faible épaisseur : papier, etc.). Le papier peint est plein de soufflettes, il faudra attendre qu’il sèche. Les soufflettes sont le signe que le recouvrement du toit se détache. Voir cloche.
► Vitalité moyenne mais significativement décroissante dans la province de Hainaut et une partie du Brabant wallon ; peu usité dans le reste de la Wallonie et à Bruxelles. — Également employé dans le Nord-Pas-de-Calais.
► Équivalent en fr. de référence : cloque, peu usité en Belgique francophone.
► Soufflette est employé en français dans des contextes techniques et renvoie notamment à une poche d’air ou de vapeur qui entraîne un défaut du produit (en céramique, en papeterie), ce qui est proche de l’acception enregistrée en Belgique francophone (où elle est usuelle, et non technique, dans certaines régions).


19/12/2011:Spiter v.

1. V. tr. FAM. Éclabousser. Je me suis fait spiter par une voiture qui a roulé dans une flaque d’eau. — AU PART. PASSE J’avais le pantalon tout spité.
2. V. intr. FAM. Jaillir (à propos d’un liquide, d’une graisse chauffée) ; gicler. La limonade a spité partout quand elle a ouvert la bouteille. L’eau m’a spité à la figure quand j’ai ouvert le robinet. Le beurre a spité hors de la poêle. Voir spitant, spite, spiture.
► 1. Vitalité peu élevée et décroissante, en Wallonie et à Bruxelles. 2. Vitalité élevée et stable, en Wallonie et à Bruxelles. — Également employé dans le Nord-Pas-de-Calais (Avesnois, Hainaut, Maubeuge). — On observe en flamand le verbe spitten “jaillir” (néerl. standard spatten). v► Emprunt au wallon/picard/lorrain spiter (mêmes sens).


18/12/2011Fransquillonner v. intr.

PEJ. Parler le français avec affectation. Sa façon de fransquillonner irrite tous ses collègues. Voir pincer* (son français).
► Vitalité peu élevée et significativement décroissante, en Wallonie et à Bruxelles.
► De fransquillon*, type < fransquillonn-er >.


17/12/2011: ONEM n.m.

Organisme fédéral* charge de diverses missions au sein du réseau de la sécurité sociale : organiser l’assurance-chômage et les revenus de remplacement, mener une politique de stabilisation et d’insertion des travailleurs, etc. Le nombre de personnes indemnisées par l’ONEM a atteint un record historique. Une mise en chômage pour raison économique doit être notifiée à l’ONEM.
REMARQUE
Cet organisme a été régionalisé* en 1989, donnant naissance au FOREM* et à l’ORBEM* (aujourd’hui ACTIRIS*).
► Vitalité élevée et stable, en Wallonie et à Bruxelles.
► De Office National de l’EMploi, créé en 1961 pour remplacer l’Office National du Placement et du Chômage (O.N.P.C.).


16/12/2011:Dringuelle n. f.

1. FAM. Petite somme d’argent donnée à titre de gratification, en supplément du prix d’un service ou d’un produit. Donner la dringuelle au chauffeur. Garde la monnaie, ce sera ta dringuelle.
2. FAM. Libéralité en argent, de nature illicite. Avec une petite dringuelle, il se laissera convaincre. L’époque de la dringuelle versée juste avant la conclusion de l’affaire est révolue.
3. FAM. Somme d’argent, généralement modeste, donnée à un enfant (a l’occasion d’une fête, en guise de récompense). Recevoir une dringuelle de son parrain. Voilà ta dringuelle pour le nettoyage de la voiture. Voir dimanche.
► Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles. — Également employé (avec un ou plusieurs des sens ci-dessus) dans le Nord-Pas-de- Calais et dans les Ardennes. — Se retrouve aussi en flamand et en néerl. de Belgique sous la forme drinkgeld “pourboire” (standard fooi).
► Équivalents en fr. de référence : 1. pièce, pourboire; 2. dessous-de-table, pot de vin ; 3. argent de poche, répandus en Belgique francophone.
► Mot d’origine germanique, de la famille de l’allemand Trinkgeld (même sens) dont on relève aussi des représentants en Alsace (Trinkgeld) et en Suisse (Tringuelte). Est également attesté, sous des variantes diverses, dans les parlers romans de la Wallonie.


15/12/2011:Scabinal, -ALE, -AUX adj.
Qui est en rapport avec l’echevin*. Mandat scabinal. Attributions scabinales. Les sièges scabinaux sont tous attribués. Voir échevinal.
► Vitalité peu élevée mais stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles où le synonyme échevinal* est nettement plus répandu. Relève surtout du domaine administratif ou d’un registre formel.
► Du latin médiéval scabinalis “d’échevin”.


14/12/2011:Lætare n. f.

Quatrième dimanche de carême. Dimanche de la Lætare. Carnaval de la Lætare. La Lætare approche et, avec elle, les préparatifs du cortège carnavalesque.
REMARQUE
En fr. de référence, Lætare est employé au masculin, le plus souvent dans la locution dimanche de Lætare, usage encore minoritaire en Belgique francophone.


13/12/2011:Epandage n. m.

1. Action de répandre du sel sur la voirie pour faire fondre la neige, le verglas. L’épandage est en cours sur la N 4. Un épandage préventif sera effectué ce soir. — Service d’épandage, service communal*, provincial* ou régional* qui gère les opérations de salage. Les services d’épandage du Luxembourg prévoient une pénurie de sel si l’hiver se prolonge.
2. Camion d’épandage loc. nom. m. Véhicule utilisé pour saler les voiries en période hivernale. Les camions d’épandage sont de sortie. Même les camions d’épandage ont été bloqués par le verglas.
► Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles. — Également employé au Québec.
► Équivalents en fr. de référence : 1. salage, également employé en Belgique francophone, mais de moindre diffusion que épandage ; 2. saleuse, peu usité en Belgique francophone. — Épandage, en fr. de référence, est enregistré dans des emplois en rapport avec l’agriculture (épandage d’engrais, épandage de fumier).


12/12/2011:Estaminet n. m.

Débit de boissons populaire. L’ambiance enfumée des estaminets d’autrefois. Des restaurants chics remplacent les estaminets marolliens*. Voir bac* à schnik, caberdouche.
► Vitalité peu élevée et significativement décroissante, tant en Wallonie (où ce nom est inusité dans certaines régions, dont le Sud) qu’à Bruxelles. Survit surtout par sa présence sur des enseignes de cafés ou de restaurants (aujourd’hui souvent chics…). — Également enregistré dans le Nord de la France (Nord-Pas-de-Calais, Somme, Aisne, Oise).
► Équivalent en fr. de référence : bistrot, répandu en Belgique francophone.
► Emprunt à date ancienne du wallon staminê “salle à poteaux”.


11/12/2011:Froucheler ou FROECHELER v.

1. V. intr. FAM. Se livrer à des manœuvres douteuses, a des comportements malhonnêtes. Il est encore occupé à froucheler avec ses petits copains.
2. V. tr. FAM. Modifier qqch. avec des intentions frauduleuses. Il est bien capable de froucheler sa feuille d’impôt. — SPECIALT Se livrer à des attouchements indiscrets et sensuels (sur une personne). Il ne rate pas une occasion de froucheler les secrétaires. Voir froucheleir, chipoter.
► Vitalité contrastée : moyenne et stable à Bruxelles et dans le Brabant wallon, elle est très faible dans le reste de la Wallonie.
► Équivalents en fr. de référence : 1. (fam.) magouiller, manigancer ; 2. (fam.) traficoter – (fam.) peloter, tripoter, répandus en Belgique francophone.
► Emprunt au flamand (de Bruxelles) froechelen (mêmes sens), de la famille du néerl. Standard frutselen “1 chipoter ; 2. tripoter (qqn)”.


10/12/2011:Gazette n. f.

FAM. Publication quotidienne qui relate l’actualité. Lire la gazette chaque matin. C’est écrit dans la gazette. — Papier de gazette, papier journal. Emballer les verres dans du papier de gazette.
► Vitalité élevée et stable, en Wallonie et à Bruxelles, surtout dans des contextes informels. — Également employé en France (Ardennes), au Québec et en Louisiane. — Gazet était naguère usuel en néerl. de Belgique (cf. le titre de journal : De Gazet van Antwerpen), mais aujourd’hui ce mot n’est resté courant qu’en flamand (néerl. standard krant).
► Équivalent en fr. de référence : journal, répandu en Belgique francophone. — Gazette est considéré comme « vieux, régional ou plaisant » dans les dictionnaires usuels du fr. de référence. Cette forme s’est maintenue dans le nom du magazine de l’Hôtel Drouot, bien connu pour ses ventes aux enchères, La Gazette Drouot. En Belgique francophone, deux quotidiens portent encore ce titre : La Gazette de Liège et La Nouvelle Gazette (Charleroi).


9/12/2011:Jubilaire adj. et n.

1. Adj. Qui est fêté à l’occasion d’un jubilé* (en parlant d’une personne, d’une association). Couple jubilaire. Confrérie jubilaire.
2. N. Personne qui est fêtée à l’occasion de son jubilé*. Les jubilaires ont été fêtés par la commune* à l’occasion de leurs noces de diamant. L’heureuse jubilaire a accueilli sa famille venue la fêter pour ses cent ans.
► Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles, surtout dans des contextes formels. — Également employé au grand-duché de Luxembourg, en Suisse romande et au Québec.
► De jubilé*.


8/12/2011:Charroi n. m.
Ensemble du matériel de roulage d’une société, d’une administration, d’un organisme privé ou public. Le charroi de la police communale* doit être renouvelé. L’entretien du charroi est confié à une société privée.
► Vitalité moyenne et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles, surtout dans des textes administratifs. — Également attesté au Burundi.
► Équivalent en fr. de référence : parc de véhicules, aussi employé en Belgique francophone. — En fr. de référence, charroi signifie : “transport par chariot, charrette, tombereau”.


7/12/2011:Fristouille n. f.
FAM. Plat de piètre qualité. J’ai encore sa fristouille d’hier soir sur l’estomac. — (Emploi plaisant) Cuisine; préparation des aliments. Qui se charge de la fristouille aujourd’hui ? Voir fristouiller.
► Vitalité peu élevée et significativement décroissante en Wallonie et à Bruxelles.
► Équivalent en fr. de référence : (fam.) tambouille, également employé en Belgique francophone.
► De la famille du fr. argotique frichti “repas que l’on cuisine”, lui-même dérivé de l’allemand Frühstück “petit-déjeuner”, type < frist-ouille >. Est également attesté dans les parlers romans de la Wallonie.


6/12/2011:Trémie n. f.
Tunnel routier, de faible longueur, construit sous une voie de circulation de manière à éviter le croisement de deux axes importants. Une trémie sera construite pour permettre le passage des voitures sous le boulevard. Un accident bloque la circulation à l’entrée de la trémie. Il a été prévu de réaliser une trémie de petit gabarit, disposant d’une bande* de circulation dans chaque sens.
► Vitalité peu élevée mais stable, en Wallonie et à Bruxelles, à l’exception de la province de Liège où cette forme est d’usage répandu.
► Les dictionnaires usuels du fr. de référence enregistrent généralement trémie avec les acceptions suivantes : “1. grand entonnoir ; 2. espace réservé dans un plancher, destiné à être traversé”. Certains dictionnaires spécialisés mentionnent également un sens plus proche de celui attesté en Belgique francophone : “tranchée d’accès à un passage inférieur ou à un tunnel permettant la transition entre la surface et une partie souterraine”. Outre que ce sens est technique (ce qui explique son absence dans les dictionnaires usuels), il désigne l’entrée d’un tunnel routier, et non l’ensemble du passage souterrain (comme c’est le cas en Belgique).


5/12/2011:Maïoral

MAÏORAL, -ALE, -AUX ou MAYORAL, -ALE, -AUX adj.
Qui est relatif au premier magistrat de la commune*. Ceindre l’écharpe maïorale. Occuper le siège maïoral. Tract maïoral. Responsabilités mayorales. Voir maïorat, maïeur.
REMARQUE
Si maïeur* est concurrencé par d’autres formes, maïoral ne peut se remplacer que par des périphrases (“qui relève du bourgmestre*”). En outre, il n’y a pas d’identification possible avec une forme wallonne ou picarde. Cela explique l’utilisation de cet adjectif (ainsi que du nom maïorat*) dans des contextes formels, où il n’est pas ressenti comme familier.
► Vitalité moyenne et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles, surtout dans les documents administratifs et dans la presse.
► De maïeur*, type < maïor-al >.


4/12/2011:Lichette n. f.
Cordon ou chainette fixe(e) à un vêtement, à un linge, pour le suspendre. Casser la lichette de son manteau. Coudre des lichettes aux essuies* de vaisselle. La lichette de mon veston est décousue.
Variante : liche.
► Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles. La variante liche* n’est plus employée que par des locuteurs âgés.
► Équivalent en fr. de référence : attache, également employé en Belgique francophone. — En fr. de référence, lichette signifie : “petite quantité (de qqch.) ; petit morceau (d’un aliment)”.


3/12/2011:Limaçon n.m
1. Mollusque gastéropode terrestre, dépourvu de coquille. Mon potager est envahi par les limaçons. Voir caracole.
2. FAM. (Emploi plaisant) Personne qui ne se presse guère, qui avance très lentement. Quel limaçon, ce facteur !
► Vitalité moyenne mais décroissante, tant en Wallonie qu’à Bruxelles.
► Équivalents en fr. de référence : 1. limace ; 2. escargot, répandus en Belgique francophone. — En fr. de référence, limaçon désigne un escargot, mais cet emploi est vieilli.


2/12/2011:Chantoir n. m.
Cavité naturelle où un cours d’eau disparait pour devenir souterrain. Un chantoir profond de 5 à 6 mètres. L’entrée du chantoir a été protégée par une clôture. L’exploration de ce chantoir est dangereuse.
REMARQUE
La forme féminine chantoire, dominante dans les archives, est peu usitée aujourd’hui.
► Vitalité peu élevée mais stable en Wallonie, où ce mot est surtout employé par des spécialistes en géologie, ainsi que dans des documents touristiques. Quasi inusité à Bruxelles. — Des formes concurrentes sont attestées en Wallonie (notamment aiguigeois et adugeoir dans l’Entre-Sambre-et-Meuse), mais leur diffusion est locale.
► Équivalent en fr. de référence : bétoire, mot concurrencé en France même par des formes d’origine régionale : aven, igue.
► Emprunt au wallon tchantwér (même sens).


1/12/2011 Accises n. f. pl.
Ensemble des impôts indirects portant sur certains produits de consommation, tels le tabac, les boissons alcoolisées et les carburants. Percevoir les accises. Payer les droits d’accises. Taxes et accises. Administration des douanes et accises. Bureau des accises. Produits soumis à accises. Agent des accises, agent de l’administration des douanes et accises (synonyme : accisien*).
► Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles. — Également employé au grand-duché de Luxembourg et, sous la forme accise (sing.), au Québec. — En néerl. standard, on trouve la forme accijnzen (pl.).
► Emprunt au moyen néerl. accijs “impôt (de consommation)”.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Décès d’Elisa Brune, qui parla des étoiles comme du plaisir

    L’écrivaine de « Relations d’incertitude » et de « La révolution du plaisir féminin » est morte à 52 ans.

  2. 2
    Faut-il raser tout le quartier européen?

    Ludovic Lamant, journaliste français, fut longtemps correspondant à Bruxelles pour le site Mediapart et a beaucoup déambulé dans le quartier européen. Pro-européen, iI publie "Bruxelles chantiers", une critique du fonctionnement de l’Europe ("opaque,...

  3. 3
    Vidéo
    "Qualifier les gens de vermine, c’est d’une violence terrible"

    Patrick Delperdange est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages - dans des genres aussi divers que jeunesse, scénarios de BD ou romans… En 2016, ce Belge de 58 ans était édité par Gallimard dans la Série Noire avec Si tous les dieux nous ...

  4. 4
    "Munkey Diaries", le journal de Jane Birkin qui dévoile son intimité

    Beaucoup d’anecdotes, mais aussi ses états d’âme d’amoureuse et de mère. Dans la préface de "Munkey Diaries", premier volume de son journal (qui couvre les années 1957-1982), Jane Birkin avertit qu’elle a pris "comme principe de ne rien ...

  5. 5
    "Ce n’est pas de la science-fiction": une plongée dans l'univers mystérieux de la cyberguerre

    Il a suffi d’un instant d’inattention du département cyber du ministère français de la Défense pour qu’une photo truquée du président de la République (celui qui se déplaçait en scooter, jamais nommé) en slip léopard soit postée sur les sites ...

cover-ci

Cover-PM