Livres - BD Jón Kalman Stefánsson signe le second volet du diptyque entamé avec "D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds". Et confirme son immense talent de conteur et de poète.

"D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds" (élu meilleur roman étranger par le magazine français "Lire" en 2016), le précédent roman de Jón Kalman Stefánsson, nous avait stupéfié par sa beauté, sa maîtrise, sa poésie. On ne peut que confirmer ce sentiment rare en terminant "À la mesure de l’univers", qui vient d’être traduit en français. Deuxième volet du même diptyque, le présent volume parvient à émerveiller alors qu’il raconte à nouveau la même histoire - les deux titres peuvent d’ailleurs se lire indépendamment et sans ordre précis.

La suite de cette critique est réservée à nos abonnés.