Livres - BD

Dans un splendide roman, "Le météorologue", Olivier Rolin évoquait les îles Solovki, dans la mer Blanche près d’Arkhangelsk, qui furent un des plus terribles goulags : "Une île que les glaces environnent six mois par an, qu’enveloppe une longue nuit d’hiver drapée d’aurores boréales, arrachée à toutes les choses petites et grandes dont le souvenir le poursuit". C’est là que fut fusillée en juin 1931 une jeune femme, Evguénia Iaroslavskaïa-Markon, quelques mois après l’assassinat de son mari, le poète Alexandre Iaroslavski.

Il y a vingt ans à peine, on a retrouvé de cette jeune femme une saisissante autobiographie qu’elle écrivit quelques heures avant sa mort, et une photo où on la voit fière, assurée, "révoltée".

La suite de cette critique littéraire est réservée à nos abonnés.