Livres - BD

Les médias évoluent, les formes de littérature aussi. Voilà comment on résumerait l'émergence de "3ème droite", une fiction publiée sur Twitter.

À la place d'un livre physique, prenez un compte Twitter. Ne parlez plus de chapitres mais plutôt de threads*. À cela, ajoutez un style direct et un langage oral qui situeraient l'âge du narrateur autour de 25 ans. Vous êtes bien arrivé sur "3ème droite", le compte Twitter qui raconte un polar encore mieux qu'un livre.

L'histoire est une fiction, bien que 40% du premier thread soit tiré du réel. Un jeune homme d'environ 25 ans dont on ne connait pas le prénom souhaite partir de chez ses parents et trouver un appartement à Paris tout en quittant son job actuel. Le premier thread s'intitule "Comment j’ai trouvé un super plan pour un appart et que je vais peut-être mourir du coup" et raconte les premières démarches de ce jeune homme.

Il ne faut pas longtemps pour rentrer dans cette histoire imaginée par François Descraques qu'on avait connu à la barre de la websérie "Le Visiteur du futur". Le style est direct et oral, presque chaque tweet contient une chute. "J'ai toujours voulu écrire un roman mais je ne pense pas avoir le talent nécessaire pour écrire correctement de la prose, explique celui qui était à la base réalisateur de pub et scénariste. Cet été, j'avais publié un long thread sur un vrai événement qui m'était arrivé à la Gare Montparnasse à Paris et j'avais été surpris par le succès de cette anecdote", raconte-t-il pour expliquer d'où lui est venue l'idée de "3ème droite".

Lancée le 19 septembre, cette fiction en est déjà à son huitième thread et connait un grand succès sur le réseau social. Les meilleurs tweets sont retweetés et "likés" plusieurs centaines de fois, de quoi donner à l'auteur un retour direct sur ce qu'il produit. "Effectivement, je prends en compte les retours des gens qui me lisent, que ce soit par les likes, les retweets ou les commentaires, reconnait François Descraques. Mais mon travail en tant qu'auteur, c'est aussi de ne pas donner exactement ce que les gens attendent." Toujours est-il que ce format de littérature offre de nouvelles possibilités aux auteurs, et pas uniquement en terme d'efficacité d'écriture.

Twitter implique de réfléchir à la construction de son histoire et à la division de celle-ci en tranches de 140 caractères. "L'écriture par tweet est quelque chose que je commence à maîtriser. Au début, cette contrainte des 140 caractères m'a attiré car elle oblige d'avoir un style concis et efficace. Un style que j'aime écrire et lire aussi. Mais ce qu'il y a de plus dur, c'est la structure générale de l'histoire, la gestion des informations de l'intrigue et des émotions des personnages. Mais c'est propre à n'importe quelle histoire sur n'importe quel support."

Une autre opportunité qu'offre Twitter, c'est l'apport de contenus multimédias comme les images ou les vidéos. Mais l'auteur les utilise avec parcimonie. Elles ne servent pas d'illustration mais participent au récit. "Je voulais surprendre le lecteur avec l'utilisation de certains médias mais je ne voulais pas non plus dépendre de cela. Il faut que l'histoire reste une fiction 'littéraire'."

Dire beaucoup en peu de mots, l'exercice est exigeant mais terriblement efficace auprès d'un jeune public. Habitué aux formats courts, celui-ci trouve son compte dans la forme de narration proposée par "3ème droite". "Je suis content que des jeunes qui ne lisent pas d'habitude suivent mon feuilleton mais je n'ai pas cherché à cibler un public en particulier", tempère l'auteur. "Le style oral est logique par rapport au personnage et à son moyen d'expression : Twitter. Mais il y a aussi des lecteurs amoureux de littérature originale qui semblent me suivre. Je ne cherche pas à favoriser un type de public par rapport à un autre."

Alors, "3ème droite" est-il une nouvelle forme de littérature ? Peut-être que oui même si l'auteur s'en défend. "La littérature au style oral et des comptes Twitter qui racontent de la fiction, cela existait déjà. Je n'invente rien en soi. Comme avec le Visiteur du Futur, j'essaie juste de raconter une histoire sur un support accessible." Au sujet d'une transformation de l'histoire dans un autre format, l'auteur n'y pense pas encore. Il souhaite d'abord finir ce récit sous cette forme-là. "On se rapproche de la fin", nous souffle-t-il alors que le 9e thread sortira le 20 novembre.

Quant au format, peut-il être utilisé pour d'autres histoires ? "Le but n'est pas de reproduire à l'infini ce que je fais avec 3ème droite. Mais si ça peut donner des idées à d'autres créateurs pour se décomplexer, tant mieux." Et définitivement, personne ne s'en plaindra.


*Un thread est une suite de tweets écrits par le même compte et qui s’enchaînent ce qui permet de faciliter la lecture d'une idée qui ne tient pas en 140 caractères.