Livres - BD

Il existe des livres chargés d’émotion. "De courte mémoire" en est un. L’écrivain francophone Jean-Luc Outers a écrit un court mais bouleversant texte d’hommage au grand écrivain flamand Hugo Claus, revenant en particulier sur sa fin et la maladie d’Alzheimer qui avait frappé ce si grand amoureux des mots, de la mémoire et de la vie. Et il le publie dans une superbe édition à "La Pierre d’Alun", illustrée par des dessins à l’encre qu’Hugo Claus avait réalisés à la fin de sa vie, avec souvent un homme tenant sa propre tête sous son bras. Jean-Luc Outers a placé en tête du livre cette belle citation de Pascal Quignard : "Mais quel est l’homme qui n’a pas la défaillance pour destin et le silence comme dernier langage ?"

Jean-Luc Outers commence par décrire la cérémonie d’hommage à l’Opéra d’Anvers, orchestrée par Hugo Claus lui-même avant son euthanasie. Puis il évoque la vie et l’énergie créatrice de Claus, depuis sa naissance sanglante quand un médecin dut l’arracher au ventre de sa mère. Il évoque l’appétit d’ogre de ce génial écrivain, poète et peintre. Il pourfendait les hypocrites et les nationalistes, et préférait rire, "bouffer", boire, aimer les jolies femmes, voir ses amis, écrire des pages pour notre plaisir. "Meurt-on de trop jouir ?", se demande Outers. "Tout lui a été pardonné au nom de la vie même." Mais, peu à peu, sa mémoire d’éléphant le lâche. Il lui reste le dessin, comme il l’a toujours fait. Et un jour, en homme libre, il décida qu’il était temps de mettre fin à cette inéluctable déchéance. Jean-Luc Outers a des mots pleins de pudeur et d’amour pour décrire cette fin (qui devait lui rappeler la fin tragique de son propre père devenu aphasique comme il le raconta dans "La place du mort"). Une fin au bras de sa femme, pas loin de ses amis.

Ce texte fut dit en 2008 lors d’une cérémonie d’hommage à Claus. Il est symbolique que ce livre ait été rédigé et soit maintenant publié par le fils d’un cofondateur du FDF, ex-responsable des lettres francophones belges et qu’il sorte en édition bilingue français-flamand. Hugo Claus eut aimé ça, lui qui détestait les frilosités, les pusillanimités communautaires et les replis quels qu’ils soient.

Jean-Luc Outers, "De Courte mémoire", dessins d’Hugo Claus, A La Pierre d’Alun, Infos : lapierredalun@skynet.be