Livres - BD

Jamais la remise du Prix Versele n'a été aussi triste. La traditionnelle fête rehaussée par la présence des artistes, venus parfois de l'étranger pour cueillir leurs lauriers, et par celle des enfants appelés à monter sur scène pour interpréter les livres élus, s'est transformée en conférence de presse sans âme ni chaleur.

Toutefois, une remise des prix officielle, sous une forme encore inconnue, aura lieu en septembre. Elle clôturera l'édition 2008 et lancera l'édition 2009. Pour rappel, le prix Versele vise à labelliser les livres pour enfants ; lesquels sont d'ailleurs appelés à voter. Ce Prix, organisé en hommage au psychologue Bernard Versele qui voulait, au départ, distinguer les jouets, peut se targuer de compter un des plus grands jurys du monde. Pour les artistes, le fait d'être élu par ceux auxquels ils s'adressent est d'une valeur inestimable.

Moins de votants

Ceci dit, le Versele 2008 ne rassemble "que" 39 876 votes d'enfants contre 57 115 en 2007. Cette importante diminution du nombre de votants s'explique peut-être par les remous que connaît la Ligue des familles et par la fermeture de neuf régionales dont la boîte aux lettres est sans doute encore pleine de bulletins de votes. Ne jetons cependant pas la pierre à la Ligue des familles. Celle-ci traverse en effet des moments très difficiles - dont le départ obligé de 25 salariés.

Plusieurs pistes sont envisagées pour sauver le navire. Elles ont été présentées à la presse à l'occasion du lancement, ce 14 mai, de la semaine des Familles. Le prix Versele, qui coûte actuellement environ 200 000 euros par an - achat de livres et personnel compris -, va certes s'intégrer dans cette réflexion globale, mais l'urgence est de mise. Le prix de littérature jeunesse, fleuron à l'étranger, repose en effet sur une démarche volontaire et donc fragile. Les livres pour les Prix 2009 devraient, idéalement, être achetés ces jours-ci...

Venons-en aux livres primés, lesquels méritent assurément d'être épinglés. Belle récompense, tout d'abord, pour Mario Ramos, auteur illustrateur de nombreux livres pour enfants. Il vient en effet de réaliser un joli doublé au Prix Versele 2008 en remportant le titre de lauréat en catégorie "1 chouette" et en catégorie "2 chouettes". Exceptionnel dans l'histoire d'un prix presque trentenaire. Seul le génial Jean-Claude Mourlevat avait réussi ce joli doublé avec "Cornebique" (Gallimard jeunesse), entre autres.

Déjà plébiscité pour son génial "C'est moi le plus fort", Mario Ramos récidive donc avec "Loup, loup, y es-tu ?" (Pastel), un album pour enfants de 3 à 5 ans qui joue sur la comptine et la chute inattendue, une des marques de fabrique de l'auteur d'une vingtaine d'albums bien connus de nos têtes blondes. Pourquoi le cacher ? notre vedette nationale est surtout très heureuse d'avoir été primée pour "Un monde de cochons" (L'Ecole des loisirs, coll. Mouche), pour enfants dès 7 ans. Différent de ses autres livres, celui-ci est un vrai petit roman et dénonce le monde dans lequel on vit. Cette fois, ce sont les cochons qui se moquent du loup. Malgré leur apparence rose et lisse, ils sont bien plus méchants que le canidé sale et poilu dont la parure est peut-être nécessaire. Un livre plein de finesse qui propose une nouvelle lecture des rapports de force, qui aide à réfléchir et surtout à grandir.

On se réjouit également de la récompense octroyée au brillant "Tobie Lolness" de Timothée de Fombelle et François Place (Gallimard Jeunesse) et l'on salue Sven Nordqvist, lauréat en 4 chouettes et label en 2 chouettes grâce au vieux Pettson et à son chat Picpus, ainsi que l'excellent Benoît Jacques. Et tous les autres, bien entendu.