Livres - BD

De Chantal Thomas l’on connaît l’excellence des essais (sur Sade dont elle est l’une des plus réputées spécialistes, sur Marie-Antoinette, Casanova, Thomas Bernhard ou Roland Barthes), des ouvrages de souvenirs ("Chemins de sable", "Cafés de la mémoire") et des romans historiques ("Les Adieux à la Reine", prix Femina 2002, "Le Testament d’Olympe", "L’Echange des princesses"). Rappelons que pour l’ensemble de son œuvre, la pénétrante essayiste de "Souffrir" (et de "Un air de liberté" que couronna l’Académie française) reçut en 2014 le Grand prix de la Société des gens de lettres et le prix Roger-Caillois et, en 2015, le prix littéraire Prince Pierre de Monaco au palmarès prestigieux. 

Indomptable

Si c’est en tant que "roman" que paraît "Souvenirs de la marée basse", ce texte est pourtant (auto)biographique : Chantal Thomas, dont la plume est de poète (les pages sur la princesse du Palais des Mers le prouvent dans ce livre délicatement ardent), y évoque son enfance et y ressuscite sa mère, Jackie, dont elle a hérité de la "liberté secrète, obstinée". Hommage rendu à cette femme qui adorait nager : "Nager pour fuir les contraintes […], pour inventer sa sensualité, préserver sa fantaisie". Cette mère, qui fut jeune veuve, a ainsi légué à sa fille "quelque chose d’indomptable, ou de discrètement insoumis". Un roman/récit dont la fine fin nous met la pluie aux yeux.

Chantal Thomas, "Souvenirs de la marée basse", Seuil, collection "Fiction & Cie", 218 pp., env. 18 €