Livres - BD Comédien et célèbre héros de la série "Fais pas ci, fais pas ça", Guillaume de Tonquédec, l'acteur de télévision préféré des Français, se livre comme jamais dans «Les portes de mon imaginaire». Et raconte ses rapports tourmentés avec la lecture. Tout comme sa passion pour la littérature. Balade à travers ses lectures et son parcours en compagnie de Zweig, Maupassant, Buzzatti... Rencontre à la terrasse des Deux Magots, café mythique de Saint-Germain-des-Prés.


=> S'agit-il d'une manière pour vous de rendre la culture plus accessible?

Oui, la culture avec un grand «K» ou un grand «Q». Cette culture écrasante, qu'on enseigne si mal en France alors qu’elle devrait être un cadeau exceptionnel. La lecture, l’orthographe, la grammaire sont extraordinaires. Dans le mouvement des «Précieuses ridicules», il y a quelque chose de ridicule mais aussi de passionnant. Un gros effort est à fournir pour rendre à l’apprentissage sa notion de plaisir. La culture devrait être accessible à tous. Et non à une élite. C’est d’une grossièreté absolue.

(...)

Croiser, en taxi moto (grève oblige !), la statue de Molière, rue de Richelieu, juste avant de rencontrer Guillaume de Tonquédec aux Deux Magots, café mythique de Saint-Germain-des-Prés, ressemble à s’y méprendre à un signe du destin. Molière, ce dramaturge auquel il voue un véritable culte, cet auteur populaire qui, comme lui, voudrait s’adresser tant aux petites gens qu’aux grands de ce monde, et qu’il admire autant que Shakespeare, Maupassant, Zweig ou Buzzatti.

Passionné de théâtre et de littérature, le célèbre comédien se souvient de l’enfant qu’il était, de son apprentissage laborieux de la lecture, de ses démêlés avec l’orthographe, de toutes ces difficultés qui cultiveront son sentiment d’insécurité. Belle revanche aujourd’hui sur ces premières années. Devenu un artiste très populaire, un comédien reconnu, couronné d’un Molière et d’un César pour «Le Prénom», le voici désormais auteur des «Portes de mon imaginaire», un ouvrage dans lequel il raconte son parcours et se livre comme jamais.

Il n’est guère difficile, même pour les moins physionomistes d’entre nous, de reconnaître, lorsqu’il arrive en jean et polo sport habillé, Renaud Lepic, le numéro deux, en chair et en os, des Robinets Binet, le héros de la série télévisée «Fais pas ci, fais pas ça», dont les 68 épisodes pour 9 saisons ont été vus par neuf millions de téléspectateurs.

[...]