Livres - BD Le chapitre inédit intitulé “The Negro” de “L’Autobiographie de Malcolm X” a été vendu ce jeudi pour la modique somme de 7 000 $ à un centre de recherche new-yorkais en culture afro-américaine.

La légende sur l’existence ces passages, exclus de l’œuvre littéraire après l’assassinat de Malcolm X pour leur caractère jugé incendiaire, est donc véridique. Dès 1992, la rumeur de matériaux non divulgués sur la vie du militant de la cause noire se propage. Les documents auraient appartenu à Alex Haley, l’écrivain ayant collaboré avec Malcolm X à la réalisation de l’œuvre publiée à titre posthume.

Malgré la consultation quelques années plus tard de ces écrits par un biographe, le mystère de leur existence n’avait jamais été résolu depuis lors. Mais c’était sans compter sur une vente aux enchères dédiée à des artefacts afro-américains organisée à Manhattan ce jeudi.

Lors de cette vente, les participants pouvaient se procurer ce quinzième chapitre intitulé “The Negro” ainsi que le manuscrit du livre publié comprenant des commentaires de Malcolm X et d’Alex Hayes.

Un enrichissement culturel

Le Centre de Recherche en Culture Afro-américaine de la bibliothèque publique new-yorkaise Schomburg a remporté l’enchère du premier document avec une proposition de 7 000 $. L’autre manuscrit, fixé au prix minimum de 40 000 $, n’a par contre pas trouvé d’acheteur initial. Le Centre de Recherche s’en est alors emparé pour une somme inconnue. Nombre d'intellectuels ont félicité l'acquisition de ces nouveaux documents par un centre culturel  et non pas par un collectionneur privé qui aurait pu mettre en péril leur consultation. 

Dans le chapitre quinze, probablement écrit avant sa rupture avec l’organisation musulmane “Nation de l’Islam” qu'il paiera de sa vie, Malcolm X dénonce sans retenue l’hypocrisie de l’Amérique Blanche ainsi que les désillusions des “intégristes noirs”. L’année avant sa mort en 1965, ce symbole de la cause afro-américaine était tout de même revenu sur ses positions extrêmes de séparatisme.

Tous ces nouveaux écrits du militant des années 50 pourraient mettre en lumière la fluctuation d’opinion de Malcolm X au fil des années, surtout après son départ de l’organisation politico-religieuse américaine “Nation de l’Islam”. Comme le précise Kevin Young, le directeur de la bibliothèque Schomburg : “ avoir la version de l’autobiographie de Malcolm X commentée, et pouvoir suivre son train de pensées, est incroyablement puissant”.