Livres - BD

Petite-fille par alliance d’Edgar Pierre Jacobs, Viviane Quittelier – professeur de musique à Bruxelles et, par ailleurs, présidente du Centre religieux d’information et d’analyse de la bande dessinée que dirige le frère Roland Francart, sj – publie un substantiel recueil de témoignages inédits concernant ce géant du Neuvième art. Son livre paraît chez Mosquito, déjà éditeur du pénétrant “Jacobs, la marque du fantastique” de René Nouailhat (cf. “Lire” du 27 février 2004.) Dans ses remerciements préalables, Viviane Quittelier salue, ainsi qu’elle le mérite, la biographie coécrite par Benoît Mouchart et François Rivière, “La Damnation d’Edgar P. Jacobs”, publiée au Seuil en novembre 2003; son livre offre plusieurs clés (révélant, par exemple, l’identité réelle de tel ou tel personnage) aux Blake et Mortimerphiles qui se comptent toujours, fin 2009, par centaines de milliers, ces deux héros d’une œuvre culte bénéficiant d’une popularité jamais démentie depuis leur apparition en 1946 dans “Le Secret de l’Espadon”.

Né le 30 mars 1904 à Bruxelles, décédé à Lasne le 20 février 1987, Edgar Pierre Jacobs – qui fut baryton professionnel dans les années 30 avant de s’orienter vers la Bande dessinée (avec le discret concours d’un de ses meilleurs amis, Jacques Van Melkebeke) – apparaît, sous la plume chaleureuse de Viviane Quittelier, comme un artiste extraordinairement consciencieux; bien entendu, l’accent est ici particulièrement mis sur l’attentionné grand-père que fut, pour la jeune Viviane (photo ci-dessus), le prodigieux auteur du “Mystère de la grande pyramide” et de “La Marque jaune”. Durant une trentaine d’années, Mme Quittelier (arrière-petite-fille du peintre Henri Quittelier) côtoya ce créateur qui travailla un temps aux côtés d’Hergé, auquel Philippe Biermé consacra naguère les deux luxueux tomes de “L’énigme Jacobs”.

Riche en informations familiales, l’ouvrage ne verse jamais dans l’indiscrétion, l’artiste ayant toujours souhaité “conserver une marque de mystère pour ce qui le concernait comme auteur et davantage pour ce qui relevait de sa vie privée”. Dans ce livre écrit avec autant d’affection que d’admiration, Viviane Quittelier ressuscite des décennies de vie culturelle bruxelloise et parle avec simplicité d’un homme dont, à l’instar de chacun d’entre nous, le parcours ne fut pas épargné par les épines de la vie. Un auteur qu’on lit et relit sans jamais s’en lasser. Pour les éclairages qu’il offre aux admirateurs d’E.P.J., ceux-ci feront leurs délices de ce livre attachant, des mieux documenté.

E.P. Jacobs. Témoignages inédits Viviane Quittelier Mosquito (1ter rue des Sablons, 38120 Saint Egrève), 336 pp. illustrées en noir et blanc env. 25 €

© La Libre Belgique 2009