Livres - BD

BANDES DESSINÉES

OVNI

F. Parme (dessin) et L. Trondheim (scénario)

Delcourt, 32 pp., env. 9,80 €

Voici le petit cadeau parfait pour petits et grands, pas cher mais presque inépuisable. Ce grand fou de Lewis Trondheim, dans sa prolixité, parvient à se renouveler. Pour "OVNI", il a imaginé une BD sans case ni bulle ni texte, qui tient du livre-jeu et conte les mésaventures d'un extraterrestre échoué sur Terre au Jurassique et qui traverse les âges - et moult dangers - pour retrouver sa soucoupe. Selon le parcours que la lecture suit sur les doubles pages, notre petit héros atteindra son but ou se fera exterminer. Mises bout à bout, les doubles planches de ce périple feraient 9,66 mètres de long, nous assure l'éditeur. Et si l'idée vient de Trondheim, il faut aussi saluer le talent de Parme dont le dessin captivera les plus distraits pendant des heures. Un livre qu'on ne lira pas deux fois de la même manière (et, en prime, un résumé ludique de l'histoire de l'Humanité et de son penchant pour la barbarie).

Locas - t. 1 et 2

Jaime Hernandez

Seuil, 368 pp., 22 env. €

Série culte aux Etats-Unis dans les années 80, la série "Love and rockets" de Jaime Hernandez a enfin été traduite dans son intégralité au Seuil, fin 2005. De quoi enfin combler une lacune dans l'histoire de la bande dessinée mondiale - le premier tome a reçu le Prix du Patrimoine du Festival d'Angoulême en 2006. Caractéristique de la bande dessinée nord-américaine indépendante durant les eighties, "Locas" (sous son titre français) suit, sur quatorze ans, les pérégrinations de deux punkettes du Los Angeles hispano, Maggie et Hoppey. À la fois drôle, provoquant et pertinent, Hernandez fait, en outre, montre d'une maîtrise absolue de la ligne claire et du clair obscur. Indispensable dans toute bédéthèque qui se respecte.

L'encyclopédie imbécile de la moto

Bidault/Bar 2

Vents d'Ouest, 78 pp., env. 10,55 €

À fond sur la manette des gaz des clichés détournés, revoici le Joe Bar Team qui présente sa manière d'encyclopédie de la deux roues, gros cube de préférence. Écrit par Michel Bidault, illustré par Bar2, l'ouvrage passe en revue l'engin lui-même, le jargon, les concentrations, le nécessaire indispensable au motard partant en voyage (dont, à côté de la clé à molettes pour taper sur la tête des automobilistes irrespectueux du code de la route, un top modèle pour se réchauffer la nuit au fond du duvet), les familles qui se subdivisent en "purs", "frimeurs", "sportifs", "bikers", "poireaux" (à cause de leur attitude raide au guidon de leur Honda Paneuropean), l'art du pilotage, la motarde (me monte au nez), etc. Le terrain est hardiment déblayé quant aux fausses et vraies vérités motardes. Ainsi, "Le motard est inculte ? Faux. La bibliothèque du motard est toujours bien remplie; revues techniques, calendriers libidineux, manuels pour le gonflage des moteurs..." Allez, deux petites dernières pour la route : "Il n'y a pas de chute sans gravité (Isaac Newton, 1665)"; "Je penche, donc je suis". Allez, bonne route camarades !

Gai-Luron - L'intégrale (2 tomes)

Gotlib

Fluide Glacial, 346 pp., env. 39 € chacun

Créé fin des années 60 par Gotlib pour "Vaillant", Gai-Luron le mal nommé est le plus apathique des chiens de la bande dessinée avec Rantanplan. Après un premier tome en avril, réunissant les six premiers titres de la série, voici la suite, qui couvre la période allant de 1978 à 1986, renforcée de 21 pages inédites. Un humour absurde mâtiné de Tex Avery - Droopy n'est jamais loin - revisité par Groucho Marx. Avec son copain le renard Jujube, sa copine Belle-Lurette, les lettres de Jean-Pierre Liégeois du Var et la petite souris du coin de la case, Gotlib a créé un univers infini tout en fonctionnant sur le principe de la répétition. Du grand air qui laisse encore pantois. (A.Lo.)

CINÉMA

Les trésors de Disney

Robert Tieman

Michel Lafon, 64 pp. sous coffret cartonné, env. 32,95 €

Sur un modèle déjà appliqué à Frank Sinatra ou Frank Lloyd Wright, les éditions Michel Lafon consacrent cette année un ouvrage aux débuts de Disney. En marge d'un texte narrant les débuts de la formidable entreprise qui devait donner naissance à une icône et un empire médiatique, Robert Tieman, directeur des archives du studio Disney, exhume de celles-ci des souvenirs que l'éditeur a reproduit en fac-similé : copie de lettre et de notes de l'oncle Walt, reproduction des tickets d'inauguration de Sineyland, crayonnés de personnages, étiquettes de boîtes de conserve à l'effigie de Donald, premiers strips parus dans la presse... C'est comme avoir des originaux en main, sauf que c'est moins cher et moins fragile ! Un grand livre interactif pour les adultes qui sont restés de grands enfants.

GASTRONOMIE

Conserves de maison

Blandine Vié & Jean-Marc Péchart

Flammarion, 160 pp., env. 23 €

Très bien conçu, cet ouvrage joue consciemment la carte rétro dans sa présentation (jusqu'au bord de page en Vichy rouge) pour partir à la découverte des différents modes de conservation : congélation, dessiccation, sel ou saumure, vinaigre, huile, graisse, conserve, sirop, confitures, sucreries, alcools, fumaison, voire enfouissement. Les auteurs s'attardent, bien entendu, sur les confitures à travers une longue mais très intéressante introduction, où l'on apprend notamment que gelée de coing et confiture de fraises ne sont pas un héritage paysan mais une tradition de la bourgeoisie du XIX e siècle, quand le sucre est devenu un bien de consommation courant. On découvre également que les confitures sont censées se garder deux années et non une, pour laisser aux arbres le temps de se reposer... Outre des conseils pratiques en tout genre, "Conserves de maison" offrent évidemment de nombreuses recettes, pour apprendre à faire sécher des herbes au micro-onde, à préparer des clémentines au cognac ou pour stériliser un coq au vin. Dommage que la structure du livre soit un peu étrange, sautant parfois du coq à l'âne... (H. H.)

SCIENCE-FICTION

Fondation et Fondation Foudroyée - l'intégrale

Isaac Asimov

Denoël, 942 pp. et 1080 pp., env. 29 € chacun

Vous les avez lus mais les avez égarés (sacrilège !) ou trop abîmés à force de les relire (crève-coeur) ou alors vous rêvez de les faire découvrir à votre petit frère, petit neveu, fils ou petit-fils (les filles ne sont pas exclues pour autant : on en connaît au moins une qui est fan). Alors, remerciez Denoël qui a réédité l'intégrale en deux volumes de la trilogie d'Isaac Asimov - Fondation, Fondation et empire, Seconde Fondation. Tentative de résumé pour les amnésiques : au début du treizième millénaire, un savant tente de constituer une communauté de scientifiques chargée de rassembler toutes les connaissances humaines en vue de prévenir la chute inéluctable de l'Empire et la période d'obscurantisme qui doit lui succéder. Une fresque qui porte bien son titre : toute la SF depuis un demi-siècle lui doit quelque chose. Pas vrai, George ? (A. Lo.)

MUSIQUE

Les Musiciens de jazz et leurs trois voeux

Pannonica de Koenigswarter

Buchet/Chastel, 314 pp., env. 35 €

Qu'était exactement la baronne de Koenigswarter pour les jazzmen : une égérie, une mécène, une maîtresse ? Quoi qu'il en soit, cette femme d'origine britannique, apparentée à la famille Rothschild, a connu l'époque la plus créatrice de l'épopée du jazz, le be bop et ses héros météoriques. Malade, Charlie Parker est mort chez elle, où a vécu de nombreuses années un des génies du piano du XXe siècle, Thelonius Monk. Outre sa générosité, cette femme intelligente eut l'idée de demander à tous les jazzmen qu'elle rencontrait de lui citer trois voeux qui leur sont chers. Le petit jeu dura de 1961 à 1966, et le résultat est pour la première fois compilé dans ce livre par la fille de Pannonica, Nadine de Koenigswarter. Le résultat est un reflet inédit d'une époque révolue, où les créateurs brûlaient d'un feu inextinguible, auquel la mort, qu'ils fréquentaient tous assidûment, ne pouvait rien. Duke Ellington : "Mes voeux sont très simples, je veux tout ce qu'il y a de mieux". Julius Watkins (joueur de cor français) : "1. Avoir trois belles nanas. 2. Et trois de plus ! 3. Les mettre au boulot toutes les six !" Bob Brookmeyer (tromboniste) : "1. Un million ! 2. Deux millions !! 3. Un milliard !!! (Et la paix dans le monde, mais ça, c'est impossible...)". Ce livre de chevet est aussi illustré brillamment par des photos réalisées au Polaroid par celle qu'on surnommait Nica, et à laquelle les musiciens ont dédié tant de thèmes, de "Pannonica" (Monk) à "Thelonica" du grand pianiste Tommy Flannegan en passant par le "Blues for Nica" de Kenny Drew. Original et précieux.

POP-CULTURE

X-Men - Les personnages et leur univers

Michael Mallory

White Star, 288 pp. couleurs, env. 49,90 €

Créés en bande dessinée il y a plus de quarante ans par les légendaires Stan Lee et Jack Kirby, les X-Men ont connu un regain d'une popularité inégalée dans le monde des super-héros grâce à la trilogie de films qui leur a été consacré, révélant du même coup l'acteur Hugh Jackman. Ce groupe de mutants dotés de super-pouvoirs a d'abord incarné les fantasmes nés de l'âge de l'atome avant de symboliser le combat de toutes les minorités persécutées. Au fil des scénaristes et des dessinateurs, leur saga a pris une telle ampleur et emprunté tant de méandres, qu'il fallait bien un jour tenter d'y mettre bon ordre. Michael Mallory a tenté de remplir cette mission impossible dans une ouvrage somme, géant comme il se doit, et richement illustré - avec une prédilection pour les deux dernières décennies. A une approche chronologique, l'auteur superpose une grille d'analyse thématique entrecoupée de portraits des figures marquantes de la série. Les fans - ceux de la première heure sont largement quinquas aujourd'hui - y trouveront leur compte même s'ils n'apprendront pas forcément de "scoop" à chaque page de cette "biographie autorisée".