Livres - BD

ESSAI

L'ABC-daire de la Chine

Philippe Paquet illustré par Cabu

Picquier poche, 314 pp.

Paru il y a quatre ans, cet "ABC-daire de la Chine" dû à notre excellent confrère Philippe Paquet, sort aujourd'hui, en collection de poche, dans une édition revue et augmentée. Un essai - ainsi que l'écrivait Eric de Bellefroid dans "Lire", le 6 février 2004 - qui "s'impose sans conteste comme une brillante et vivante introduction à cet Empire du Milieu si méconnu dans son ample vastitude". Comme le souligne Pierre-Antoine Donnet dans son avant-propos, "sous la forme de petits textes courts et drôles, Philippe Paquet a réussi la performance d'une synthèse à la fois minutieuse, honnête, équilibrée et décomplexée d'une Chine qu'il connaît sous toutes ses coutures pour l'avoir aimée depuis longtemps et sillonnée en tous sens à de très nombreuses reprises". On y trouve d'utiles mises au point sur les révolutions qui donnent un autre visage à la Chine, comme celles des transports, du logement, ou de l'accès au Web et aux loisirs, mais aussi des rubriques sur le cinéma, la femme, le Tibet, l'Inde, les exécutions, la Grande Muraille, Tian'anmen, ou les musulmans, voire plus inattendues sur les cigarettes, le football, la sieste, ou Tintin (pp. 287-291). Un abécédaire précis, extrêmement documenté, qui éclaire bien des questions que l'on se pose et qui rectifie nombre d'idées reçues.

ROMAN ILLUSTRÉ

Le serrurier volant

Tonino Benacquista illustré par Tardi

Folio n° 4748, 158 pp.

Publié par Didier Platteau en 2006, à l'Estuaire, ce roman noir se voit maintenant consacré par sa réédition chez Gallimard, en "Folio". Sa trame ? Marc, qui a eu des histoires (comme on dit), est un gars "plus fermé qu'une serrure inviolable". "Pour se relever", il choisit de devenir serrurier, nouveau métier qui "lui donne l'occasion d'ouvrir pas mal de portes et de découvrir, par ce biais, les petites misères de ses congénères". Un roman noir cousu main par Tonino Benacquista, l'auteur, notamment, de "Quelqu'un d'autre" (Grand prix RTL-Lire en 2002) et scénariste des films de Jacques Audiard "Sur mes lèvres" et "De battre mon coeur s'est arrêté", "césarisés" en 2002 et 2006. Illustrations - en sépia - de Jacques Tardi, l'un des géants incontestés de la Bande dessinée française.

ENQUÊTE

Jack l'Éventreur démasqué

Sophie Herfort

Points/policier n° 1963, 304 pp.

N'en déplaise à Patricia Cornwell et à son "Jack l'Éventreur, affaire classée" paru en 2002 (où elle avançait le nom du peintre Walter Sickert, ami de Monet et Degas, comme étant l'insaisissable assassin de cinq prostituées dans l'East End londonien de l'automne 1888), on n'en a pas encore fini avec "le tueur en série le plus célèbre de tous les temps, qui a inspiré d'innombrables essais, romans, bandes dessinées, pièces de théâtre, films et téléfilms". Dans cette enquête parue en 2007 chez Tallandier (sous le titre "Jack l'Éventreur démasqué, Scotland Yard savait"), Sophie Herfort livre le résultat d'une quinzaine d'années de travail acharné autour de cette affaire énigmatique en diable, qui continue de mettre l'imagination en ébullition.

BIOGRAPHIE

Cléopâtre

Joël Schmidt

Folio biographies n° 42, 326 pp.

Dans cet inédit, aux yeux de son érudit auteur (déjà biographe de Jules César dans cette attachante collection), "cruelle, perverse, manipulatrice, assoiffée de pouvoir, Cléopâtre VII Philopator (née vers 69 av. J.-C. à Alexandrie) semble réunir en elle tout ce que la beauté sans retenue, l'esprit sans conscience, la passion sans frein peuvent produire de plus lumineux et de plus sombre. Nul besoin d'accuser ou de réhabiliter Cléopâtre : la vie de la reine d'Egypte, qui nous fascine depuis deux mille ans, parle d'elle-même". Une tigresse - qui eut à l'écran les traits de Theda Bara, de Claudette Colbert, d'Elizabeth Taylor ou de Pascale Petit - que l'auteur du "Christ des profondeurs" (sur les chrétiens des premiers siècles) nous restitue, "impudique et féroce", dans "toute son humanité".

JOURNAL

Une femme à Berlin

Anonyme. Présenté par Hans Magnus Enzensberger, traduit de l'allemand par Françoise Wuilmart

Folio n° 4653, 396 pp.

La jeune Berlinoise qui a rédigé ce journal, du 20 avril 1945 - les Soviétiques sont aux portes - jusqu'au 22 juin, a voulu rester anonyme, lors de la première publication du livre en 1954, et après. À la lecture de son témoignage, on comprend pourquoi. C'est la véracité sans fard et sans phrases qui fait la valeur de ce récit terrible.