Livres - BD

L'Apparition

Didier van Cauwelaert,

Albin Michel, 283 pp., 816 F (20,23 ).

A l'heureuse race des conteurs-nés appartient Didier van Cauwelaert, dont le souci n'est nullement d'éblouir par l'écriture mais de tenir le lecteur sous le charme en déroulant son récit. L'année dernière, qui ne «craqua» en lisant son «Education d'une fée», roman aujourd'hui traduit en vingt langues et dont les droits cinématographiques viennent d'être acquis par Miramax au terme d'enchères record? Et le film que Laurent Heynemann a tiré d'«Un aller simple» (qui valut à van Cauwelaert le Goncourt en 1994) sort dans quelques semaines sur les écrans. On sait aussi que le romancier de «La demi-pensionnaire» en projet pour le cinéma, avec Sophie Marceau et Patrick Bruel s'est vu confier l'adaptation française de la néerlandaise comédie musicale inspirée par les aventures de Tintin, lui qui avait naguère signé le livret d'une autre comédie musicale, composée par Michel Legrand, fondée sur «Le passe-muraille» de Marcel Aymé, ce maître de la fantaisie narrative qui compte parmi les auteurs fétiches de Didier van Cauwelaert.

LE 9 DECEMBRE 1531

C'est une fable (ou un conte philosophique) narrée avec la même liberté de ton, la même tendresse pour les êtres, que «L'Education d'une fée» que nous invite à découvrir «L'Apparition», où l'auteur de «La vie interdite» n'a pas tout

inventé, qui précise que «ce livre est un roman. Si les faits relatés sont conformes aux documents et aux témoignages retenus par l'histoire, leur interprétation n'engage que moi.».

Le samedi 9 décembre 1531, Juan Diego, un Indien aztèque presque sexagénaire et veuf qui s'appelait Cuautlactoactzin avant que les missionnaires espagnols ne lui imposassent de chrétiens prénoms après sa conversion modérément volontaire vit s'adresser à lui la Vierge Marie sur une colline proche de Mexico, afin que soit là édifié un sanctuaire. Miracle: l'image de la Madone s'imprimera sur la tunique du voyant, la scène semblant photographiée sur le tissu. Devant cette étoffe, examinée au microscope sous toutes ses coutures depuis des décennies, se recueillent les vingt millions de pèlerins qui viennent prier, chaque année, dans la basilique de Guadalupe, l'un des haut lieux mariaux du monde, à l'instar de Lourdes et de Fatima, de Beauraing et de Banneux.

IDENTITE

En 1990, Juan Diego, mort en 1548, fut béatifié par Jean-Paul II: antichambre d'une canonisation prévue pour 1999 mais «L'Apparition» laisse envisager que ce retard serait dû à des doutes quant à l'identité exacte du voyant...

C'est là qu'agit l'écrivain dont l'imagination titille celle du lecteur lorsqu'il évoque par exemple les rivalités internes au Vatican (lieu d'intrigues cher à plus d'un romancier depuis quelques temps...), la mort inopinée du météorique Jean-Paul Ier

L'attentat non élucidé contre Jean-Paul II, les archives secrètes souterraines, etc.: autant de thèmes ténébreux et porteurs.

AVOCAT DU DIABLE

On sait qu'un procès en canonisation sous-entend un fleuve d'enquêtes sur le candidat saint, menées par l'Eglise qui confie à un prélat le rôle d'avocat du diable, le chargeant de réunir les éléments susceptibles de jouer en défaveur du bienheureux destiné à l'élévation sur les autels. Ainsi, van Cauwelaert fait-il intervenir un cardinal qu'il conduit, en vue de cet examen critique, chez une sommité médicale, le Dr Nathalie Krentz, ophtalmologue que s'arrache une clientèle dorée, réputée pour son anticléricalisme et pour ses prises de position agressives à l'endroit des guérisons miraculeuses. Bref: par son scepticisme, Nathalie ne peut qu'alimenter en eau le moulin des contempteurs d'apparitions, ceux pour qui ces phénomènes ne relèvent que de la crédulité ou de la manipulation.

Entre les chapitres, Didier van Cauwelaert fait intervenir un Juan Diego qui, en voix off

S'insinue dans l'esprit du Dr Krentz, rationaliste pure et dure que le Vatican a aussi choisie parce qu'elle est israélite, donc «sujette à caution» dans son approche des «mystères catholiques»... On se gardera évidemment de dévoiler les rebondissements (et les perspectives politiques) qui ponctuent ce roman initiatique à bord duquel les personnages s'interrogent sur l'avenir de l'Eglise, flânent du côté du paranormal, tantôt caressent et tantôt griffent. Illustrant originalement l'affrontement de la science et de la foi, «L'Apparition» suggère les contours psychologiques d'une humaniste soudain confrontée à une expérience intellectuelle qui la déstabilise. Une femme de tête, dont les douleurs du monde crucifient le coeur.

© La Libre Belgique 2001