Livres - BD

José Gotovitch évoque lui-même, dès les premières pages de son livre, qu’il a succombé à une vanité d’auteur en s’efforçant de (re)publier dans un seul volume quelques-unes de ses analyses les plus pointues sur le communisme belge. L’historien contemporaniste de l’ULB nous semble faire preuve d’une bien grande modestie ici ! C’est que, dans l’environnement des historiens belges, l’ancien directeur du Centre Guerres et sociétés contemporaines reste une référence absolue pour tout ce qui touche de près ou de loin au Parti communiste. Ce n’est pas parce que le Mur de Berlin est tombé et que l’espérance communiste s’est effondrée avec lui que le passé du monde communiste ne mérite plus d’être mis en exergue pour comprendre certaines grandes évolutions sociétales.

N’en déplaise aux ultra-conservateurs, le PCB a joué un rôle décisif dans l’histoire de la gauche belge et a même eu des ministres, même si leur passage par la rue de la Loi fut plutôt météorique. Et comme le rappelle l’auteur, les communistes ont joué chez nous, de 1920 à 1989, un rôle intermittent mais continu. José Gotovitch rappelle aussi à bon escient qu’"il ne manqua jamais de militants qui engagèrent leur vie dans un chemin sans valorisation autre que leurs convictions, sans récompenses autres qu’une mise en danger de leur avenir, de leur bien-être, de leurs proches et parfois de leur vie".

Mais ne nous méprenons pas : José Gotovitch n’est pas un hagiographe béat du communisme même si l’on sait qu’il fut un compagnon de route du mouvement. Son objectif à lui fut de "comprendre ce qui pouvait les motiver et comprendre la force de leur engagement". En toute liberté et autonomie car, comme l’écrit Pieter Lagrou (ULB) dans sa préface, "on ne construit pas de dynasties universitaires en choisissant de travailler sur le communisme et sur les communistes en Belgique" Merci donc, cher José Gotovitch, pour cette grande synthèse !

Du communisme et des communismes en Belgique. Approches critiques José Gotovitch / Ed. Aden / 436 pp., env. 30 €