Livres - BD

Cyrano n'a pas fini d'attirer les auteurs s'adressant à la jeunesse. Après Alexandre Jardin, qui a notamment choisi le chef-d'oeuvre de Rostand pour initier les jeunes aux classiques au travers de la collection déjantée «Méganazes» (Hachette jeunesse), c'est, dans un tout autre style, le duo Taï-Marc Le Thanh et Rébecca Dautremer, connu depuis la parution de «Babayaga», qui prend le récit de front en revisitant le ton du célèbre Edmond sans pour autant le dénaturer. Décalé et second degré, le texte de Taï-Marc Le Thanh reste très touchant et limpide. Claire est aussi la séparation entre le sérieux et le comique. En résumé: Cyrano avait un gros nez. Quand il fumait, il se brûlait toujours le bout du nez, mais quand la pluie tombait, sa moustache n'était jamais mouillée. Il était aussi très amoureux de Roxane, sa cousine, qui, elle, était amoureuse de Christian. Comme Cyrano était laid mais intelligent, et Christian beau mais stupide, ils décidèrent de s'allier pour séduire Roxane... Simplifiée sans être infantilisée, l'histoire de l'amoureux transi touchera les enfants qui savent à quel point la différence physique se paye cher dans la cour de récré. Trop grand, trop gros, trop maigre... Nul n'a le droit de quitter la normalité. Plus réaliste que certains contes de fées, cette histoire d'amour est également formatrice. Comme le disait Alexandre Jardin à l'occasion de la sortie de «Dur dur de sortir avec Lola» (Cyrano revisité) : «Je veux faire découvrir aux jeunes la littérature amoureuse classique. Je ne crois pas qu'on puisse être un grand amant sans avoir fréquenté un certain nombre de textes».

Il est, en outre, d'autres hameçons pour amener les enfants à la lecture : les illustrations. Parmi elles, celles, magistrales, de Rébecca Dautremer à laquelle on doit le majestueux «Princesses oubliées ou princesses inconnues...» (Gautier-Languereau) sont assurément à prendre en considération. Aisément reconnaissable avec son trait aiguisé, ciselé, détaillé et anguleux, elle pousse également volontiers le ton japonisant pour orientaliser des gouaches aquarellées jouant sur les transparences. Le grand format, élu par l'éditeur Gautier-Languereau pour le livre, sert également l'illustratrice, chaque double page donnant toute leur mesure aux dessins parfois grattés, triturés, recollés, sans cesse retravaillés et toujours peaufinés.

En 2002 déjà, «L'amoureux» de Rébecca Dautremer avait été très remarqué. Un an plus tard, co-réalisé avec son mari, Taï-Marc Le Than, «Babayaga», comme l'éternel conte russe, alternait entre portraits tendres et terrifiants sur fonds rougeoyants, un rouge lui aussi très présent dans «Cyrano».

Notre compatriote Carl Norac a lui-même fait appel aux talents de cette jeune illustratrice originaire du sud de la France pour le magnifique «Sentimento» pendant que Cyrano se préparait à séduire la très délicate Roxane de Rébecca Dautremer ainsi que de nombreux autres coeurs de lecteurs.

© La Libre Belgique 2006