Livres - BD

RENCONTRE

Patrick Lefèvre est un homme volubile, dynamique et manifestement heureux. Il vient d'être nommé à la tête de la Bibliothèque royale (BR) où il succède pour un mandat de six ans, à Pierre Cockshaw pensionné depuis trois ans. Son CV est fourni. Ce francophone, parfait bilingue, habitant Tervuren, est docteur en histoire. Il a travaillé avec les professeurs Stengers et Bartier avant d'entrer en 1982 au musée de l'Armée dont il deviendra, en 1995, le conservateur en chef. Parmi ses nombreux faits d'armes: l'expo «J'avais 20 ans en 1945», l'aménagement de la halle Bordiau en mémorial des guerres et le rapatriement des archives belges de Russie. Le musée de l'Armée est une grosse institution sur le site du Cinquantenaire qui reçoit 300000 visiteurs par an. Elle n'est pas facile à gérer car il faut composer avec l'administration militaire. Cette longue expérience des établissements scientifiques fédéraux (musée de l'Armée, Tervuren, Cinquantenaire et Irpa qu'il côtoyait) lui sera utile. «Mais je ne veux pas arriver avec un gros cou. Je veux d'abord écouter.»

Sa nomination

L'histoire qui a conduit à sa nomination est kafkaïenne, on croit rêver! Patrick Lefèvre découvre en 2002 que le gouvernement veut changer la direction des quinze établissements scientifiques fédéraux et transformer les nominations à vie en mandats de six ans après concours. Cela ne concerne pas seulement les dix dont on parle souvent, mais aussi l'institut de criminalistique, l'institut Pasteur ou le musée de l'Armée. Inquiet de voir son statut changer, il écrit à André Flahaut, son ministre de tutelle, qui ne lui répondra jamais. Vexé, il postule pour les Archives générales du Royaume. Il connaît très bien le sujet, étant titulaire d'un cours d'archivistique à l'ULB. Et aux Archives, beaucoup seraient heureux d'avoir un francophone après 50 ans de direction néerlandophone. Il arrive premier aux examens avec la cote «A», la meilleure. Un certain Karel Velle est évincé. Tout le monde le félicite. On est à la Noël 2003 et il prépare ses bagages pour passer aux Archives. Mais voilà, qu'un recours introduit par la directrice de l'Irpa, conduit le Conseil d'Etat à casser la procédure. Il faut tout recommencer mais des amis de Patrick Lefèvre le mettent en garde: Karel Velle est devenu chef de cabinet adjoint du ministre de la Politique scientifique Marc Verwilghen et cela peut changer la donne. Bien vu, car effectivement après les nouveaux examens, Karel Velle est promu «A» tandis que Patrick Lefèvre retombe à «B». Heureusement, prévoyant, ce dernier avait aussi, cette fois, postulé pour la BR. Et là, c'est M. Vanderpijpen qui, classé «A» après les premiers examens, est retombé à «C». Patrick Lefèvre reçoit la cote «B», premier ex-aequo avec François de Callatay, brillant chef de département à la BR. Mais le gouvernement lui préférera Patrick Lefèvre sur base de sa grande expérience de management de telles institutions scientifiques fédérales.

Patrick Lefèvre est en congé pour six ans, du musée de l'Armée. Faute d'avoir diligenté à temps une procédure de sélection, André Flahaut ne peut plus nommer qu'un intérimaire au musée de l'Armée pour deux ans et entamer ensuite la sélection d'un nouveau conservateur.

M. Lefèvre a déjà des idées claires sur ce qu'il veut faire.

Son programme

Retrouver le «core business»

. Il estime que l'organigramme de la BR est obsolète avec ses six départements agissant comme des baronnies. Il veut recentrer la BR autour de son «core business»: acquérir les imprimés, faire des études scientifiques, mettre les documents à disposition (sur place et à distance), ouvrir au public, organiser des expos.

Renforcer les services généraux. Ceux-ci s'occuperaient des problèmes juridiques, des ressources humaines, du budget, de la technique, etc.

Un département unique pour les acquisitions et les collections. Il verrait bien François de Callatay à la tête d'un département regroupant les diverses collections particulières et précieuses, des manuscrits et des monnaies jusqu'aux cartes, estampes ou journaux. On centraliserait les catalogues et les inventaires. Des choix ont déjà été faits, souligne-t-il, la BR recentrant ses acquisitions sur les sciences humaines et sociales, laissant les acquisitions en sciences de l'ingénieur et sciences médicales aux bibliothèques universitaires en liaison avec la «Royale».

Nouvelles technologies. Ce département (dirigé sans doute par M. Vanderpijpen) développerait l'Intranet, l'Internet, l'informatisation des catalogues, etc.

Communication et vulgarisation, rapport au public. Patrick Lefèvre pense diminuer de manière drastique le nombre de salles de lectures, ne gardant que la grande salle et celle des journaux. Il a visité les bibliothèques de Londres et de Washington. Il amènera ses cadres à la British Library, «un modèle», où l'on peut déjà préparer ses commandes par Internet.

La convivialité doit être grandement améliorée. «Mes enfants me disent toujours que la BR est sinistre. Faisons en sorte d'y faire revenir les jeunes.» Avec une vraie cafétéria moderne (à partager avec les Archives?), une carte de lecture, un espace de détente. Si «la BR n'est pas un musée», il pense néanmoins à des expos qui montreraient les trésors du lieu dans le cadre d'une «bonne vulgarisation historique». «Et pourquoi pas inviter des expos extérieures?»

Les moyens

Fort de sa dotation de 5,7 millions d'euros et d'un cadre de 220 personnes (occupé par 195, seulement), Patrick Lefèvre veut «d'abord rationaliser, améliorer, et quand je serai crédible sur base de ce que j'aurai fait, je demanderai éventuellement de nouveaux moyens».

S'affirmant avant tout «fonctionnaire de l'Etat fédéral» et pas replié sur la BR, il veut multiplier les liens avec les autres institutions et même redistribuer une partie des collections entre musées (les photos à l'IRPA, les collections de musique au Mim, le musée des Instruments de musique, etc.).

Sa première collaboration est pour le musée des Beaux-Arts et Michel Draguet. Mais il y aussi les autres du Mont des Arts: Bozar, le Mim, les Archives, le musée Bellevue.

© La Libre Belgique 2005