Livres - BD

Chaque vendredi, La Libre sélectionne un livre paru en format "Poche" et vous en propose la critique.

Il y eut un coup de foudre entre deux êtres pas comme les autres. Plus mûrs, dédaignant les futilités, en quête de sens et de grandeur, Efemelu et Obinze se sont aimés. Avant qu’elle ne quitte le Nigeria pour l’Amérique. Pareille opportunité ne se refuse pas. Peu à peu, le contact se délite, puis se rompt. Loin des siens, Efemelu affronte une réalité délicate. Elle si différente par son regard sur la vie et sa manière d’être doit jongler avec les études et divers petits jobs. Seule face à l’inconnu mais déterminée à réussir, elle se résout à oublier qui elle est, adoptant une intonation et un comportement qui ne sont pas les siens. Mais les composantes de son identité ne vont pas tarder à rejaillir. Ce, dans une société complexe où, à la différence culturelle et matérielle qu’elle affronte, s’ajoute la discrimination, de la négation pure et simple aux multiples nuances dans la façon d’assumer et d’incarner sa peau noire. Aussi décide-t-elle de créer un blog. Par besoin de s’exprimer mais aussi pour partager son vécu. Malgré elle, Efemelu devient alors une sorte d’égérie, pas toujours comprise comme elle le voudrait.

Désarroi, étonnements, échecs, malaises mais aussi victoires, rencontres, vérités, étincelles : Efemelu trace sa route. Au fil du temps, elle s’installe, devenant une "Americanah". Elle tombe de nouveau amoureuse, du moins le croit-elle. Elle achète un appartement. Elle gagne sa vie confortablement. Mais tapie au fond d’elle se terre une résistance, bientôt évidence. "Le Nigeria devint l’endroit où elle devait être, le seul endroit où elle pouvait enfouir ses racines sans éprouver en permanence le désir de les arracher et d’en secouer la terre."

Ancrée dans son époque, pleinement féminine, Chimamanda Ngozi Adichie (née en 1977 au Nigeria; en photo) s’inscrit dans la lignée de Ralph Ellison, auteur en 1952 d’un "Invisible Man" ("Homme invisible, pour qui chantes-tu ?") qui dénonçait l’invisibilité de l’homme Noir dans la société américaine d’alors. Ce qui n’a guère changé. A travers le parcours d’une Noire qui, en changeant de continent, est soudainement confrontée à la différence, Chimamanda Ngozi Adichie ("L’hibiscus pourpre", "L’autre moitié du soleil") interroge la race et le panafricanisme avec un souffle, une subtilité, une lucidité rares. De l’Afrique à l’Amérique et à l’Europe, elle éclaire une réalité sans se départir d’un allant délicieusement irrévérencieux. Un roman nécessaire et mémorable.


Chimamanda Ngozi Adichie, "Americanah", Folio n° 6112, 685 pp.