Livres - BD

Depuis le début de l’année 2015, Thomas Gunzig est omniprésent. Au cinéma, il a coscénarisé avec succès le film de Jaco Van Dormael, "Le Tout nouveau testament", nominé pour plusieurs prix et présenté au Festival de Cannes. 

Pour les scènes, il avait signé - avec un peu moins de réussite - "Borgia, comédie contemporaine" mis en scène par Jean-Michel d’Hoop. Sur les ondes, il revisite l’actualité chaque matin dans un Café serré sur la Première. Ce lundi soir, lors d’une cérémonie qui s’est tenue au Théâtre National à Bruxelles, Thomas Gunzig s’est illustré en littérature en recevant le Prix triennal du roman de la Fédération Wallonie-Bruxelles (8 000 €) pour "Manuel de survie à l’usage des incapables" paru Au Diable Vauvert Editions en 2013. Il y dépeint un microcosme - un supermarché - reflet de notre société, où un conflit dérape. Dans ce "thriller un peu particulier, flirtant entre le fantastique, le fantaisiste et le philosophique" , l’écrivain "oscille sans cesse entre absurdités et réflexions, entre érudition et inventivité débridée" , écrivait notre confrère Guy Duplat. Ce Manuel de survie est "un conte du XXIe siècle, comme un prolongement du style de ses chroniques radio quand, là aussi, il mêle la critique subtile et documentée de notre société à un nonsense parfois envahissant" .

Trois autres prix décernés

Le Prix de la première œuvre (prix annuel d’une valeur de 5 000 €) a été attribué à Aïko Solovkine pour "Rodéo" paru chez Filipson Editions. Dans ce roman sombre et effrayant, l’auteure née en 1978 "dresse un portrait dur d’une jeunesse désenchantée dans une langue riche et poétique, où l’argot côtoie les formulations élégantes" .

Le Prix triennal de prose en langue régionale endogène (2 500 €) a été décerné à Rose-Marie François pour "Lès Chènes" (Micromania Editions), paru en 2013. L’ouvrage se compose de petites proses en français et en picard où l’auteure raconte ses souvenirs d’enfance des années 1940 à 1945.

Le Prix du rayonnement des Lettres belges à l’étranger, prix annuel d’une valeur de 4 000 €, a été attribué à Colette Lambrichs, directrice littéraire aux Editions de la Différence à Paris. Romancière et essayiste, elle a notamment édité des œuvres de Serge Delaive, Jacques Izoard, Stéphane Lamber, Yun-Sun Limet ou encore Yves Tenret.