Livres - BD Un roman-fleuve de 1400 pages, des phrases interminables, des chapitres longs comme un jour sans pain, des noms imprononçables et d’autant plus difficiles à retenir qu’ils alternent avec les surnoms, Aléxei Fiodorovitch Karamazov devenant parfois Aliocha… "Les Frères Karamazov" ont, a priori, peu d’arguments pour eux. Et pourtant, ce chef-d’œuvre de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1846), acclamé par des personnalités comme Freud, Einstein ou Benoît XVI, contient tous les ingrédients d’une trame policière qui pourrait vous tenir en haleine pendant une bonne partie des vacances.