Livres - BD

Serge de Robiano est non seulement un passionné d’Histoire, il a aussi une très belle plume. C’est ce qui lui a, du reste, valu naguère de décrocher le prix Guizot de l’Académie française pour un essai sur Maurice de Broglie, qui fut évêque de Gand sous le règne de Napoléon Bonaparte.

Voilà qu’il récidive avec le fruit de 31.239 (!) pages manuscrites pour un très original tour du monde.

Diplomate qui a bourlingué en Asie (Hong Kong, Inde, Népal, Vietnam), en Afrique (Angola, Brazzaville) et un petit peu en Europe (Portugal), il a eu l’excellente idée de consigner petits et grands faits pratiquement au jour le jour et, surtout, de conserver ses carnets.

Comme l’homme n’a pas sa langue en poche - même s’il avoue "dire rien que la vérité mais pas toute la vérité car toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire", déontologiquement s’entend -, il nous offre sa vision du monde à travers une belle série d’anecdotes où émergent aussi des grands du monde. Dont certains ont, de toute évidence, marqué l’auteur, ce qui nous vaut de petits mais toujours très complets portraits. Tel Edmund Hillary, le vainqueur de l’Everest, "un Néo-Zélandais, grand, robuste, le vrai montagnard". Telle encore Mère Teresa, "vraie bonne paysanne albanaise aux membres osseux et au visage ferme quoique assez ridé", avec laquelle chacun de ses contacts fut un moment de grâce malgré la misère et la détresse omniprésentes en Inde.

Comme représentant officiel de la Belgique, la route du comte de Robiano croisa aussi souvent celle du roi Léopold III lors de ses expéditions lointaines. L’occasion de mieux découvrir l’homme et le (redevenu) jeune père derrière le souverain. Avec, là aussi, des souvenirs inédits comme la blessure encourue par la main royale un jour où elle eut l’imprudence de caresser une panthère dans sa cage. Léopold III avait réagi avec flegme, sinon humour, comme il sied pour une personnalité haut placée. Serge de Robiano a aussi accueilli le roi Baudouin dans certaines de ses ambassades. Là encore, par petites touches, il nous rappelle que notre cinquième roi n’était certainement pas un homme triste Et aussi que la reine Fabiola n’était pas uniquement "branchée" sur les œuvres catholiques : au Brésil, elle avait voulu qu’on lui prépare aussi une liste des institutions laïques

Par petites touches, Serge de Robiano nous fait aussi mieux découvrir les pays qui l’ont accueilli. Entre reportage et analyse socio-etnographique, l’auteur fait partager ses expériences mais aussi ses interrogations sur l’avenir de la planète. Mais, en même temps, il manie un humour caustique redoutable. Invité à assister au couronnement d’un roi du Népal, tout en décrivant les autres altesses présentes, son regard aiguisé ne peut que capter la sortie totalement non contrôlée de son corsage d’un bel appât féminin d’une des invitées de la cour de Katmandou !

Un moment de respiration parmi d’autres dans le récit d’un beau parcours et, surtout, d’une carrière extraordinaire de l’avis même de l’auteur

Le tour du monde insolite d’un diplomate belge Serge de Robiano Editions Racine 288 pp., env. 24,95 €