Livres - BD

Que, de nos jours, le nom de Maurice Tillieux ne dise plus grand-chose à grand monde - exception faite des bédéphiles - est désolant. Aussi, applaudit-on ceux qui contribuent à rendre sa place à ce prodigieux dessinateur et scénariste belge, à savoir au premier rang des auteurs, lui qui naquit le 7 août 1921 à Huy (où une rue porte à présent son nom) et qui, le 2 février 1978, mourut à Tours des suites d’un accident de la route. ADMIRATEUR PASSIONNÉ

Jamais ne pourra-t-on assez recommander la lecture (et la relecture) de la série "Tout Gil Jourdan" qu’édita Dupuis à partir de 1985; celle également des albums de "Félix" - devenus pratiquement introuvables - que Michel Deligne publia dès 1977, ou celle de l’intégrale des mêmes "Félix" commencée en 2002 aux Éditions Niffle; Dupuis, aussi, avait entrepris (sans l’achever) la réédition de "Félix" (colorisés) à partir de 1981.

Comptant parmi les meilleurs connaisseurs et les plus passionnés admirateurs de l’inégalé Maurice Tillieux, Daniel Depessemier a créé naguère les Éditions de l’Élan afin d’y publier des œuvres ou des travaux parfois peu connus de l’auteur de "La voiture immergée". Ainsi, à l’enseigne de l’Élan parurent tour à tour "Les Aventures d’Achille & Boule-de-Gomme", "Les Aventures de Bob Bang" et "Les Mésaventures de Monsieur Balourd" (cf. "Lire" du 23 mai 2008); le catalogue s’enrichit maintenant d’un quatrième album, tiré à 800 exemplaires, sur lequel se précipiteront les collectionneurs : "La Grotte au démon vert", une aventure d’Ange Signe pour laquelle François Walthéry a dessiné une nouvelle couverture (à l’occasion du festival de Longwy, une première édition de cette "Grotte" parut en 1981, tirée à 500 ex.; Walthéry - fidèle d’entre les fidèles de Maurice Tillieux - en avait alors déjà réalisé la couverture, différente de celle d’aujourd’hui).

"La Grotte du démon vert" - prépublié en 1958 dans le magazine français "IMA, l’ami des jeunes" - reprend la trame d’une enquête de "Félix", "La Grotte hantée", parue en 1953 dans "Héroïc-Albums". Ses protagonistes, le détective privé Ange Signe et ses amis Placide et Alonzo Cabarez, sont les alter ego de Félix, Allume-Gaz et Cabarez autant que des Gil Jourdan, Libellule et Crouton, acteurs des séries devenues mythiques aux yeux des bédéphiles. Rééditée avec un soin exemplaire, cet "Ange Signe" contient un dossier des mieux documenté sur Tillieux, établi par un Daniel Depessemier qui opère là un travail de bénédictin : qu’il en soit loué. En seconde partie, cet album ressuscite "La Ville morte", une histoire réaliste (graphiquement à la Milton Caniff) que Maurice Tillieux publia dans "Héroïc-Albums" en 1947. Des "Héroïc-Albums" dont l’histoire reste à écrire.LA B.D. ÉROTIQUE

Domaine réservé à un public averti, la Bande dessinée érotique a déjà fait l’objet de plusieurs études qui font autorité : citons, pour mémoire, "L’enfer des bulles" de Jacques Sadoul (Pauvert, 1968, et Albin Michel, 1990), les volumineux ouvrages de Jean-Marie Lo Duca édités chez Dominique Leroy (dont "Luxure de luxe" en 1982), "Erotisme et pornographie dans la Bande dessinée" de Michel Bourgeois (Glénat, 1978), "Et la B.D. créa la femme" de Jacky Goupil (Vidéome, 1991), sans oublier les deux albums du bédélogue Henri Filippini, "Petite histoire de l’érotisme dans la BD" (Yes Company, 1988) et surtout l’"Encyclopédie de la Bande dessinée érotique" dont l’édition revue et augmentée parut en 1999 à La Musardine. S’y ajoute, chez Tabou, le premier des deux volumes de "La B.D. érotique" - "des origines à l’underground" - de Tim Pilcher (nous y reviendrons en octobre, quand paraîtra le tome 2). Sa sortie coïncide avec l’édition, chez Dynamite, de l’ultime et très fantasmatique album de Georges Pichard (mort le 7 juin 2003), "L’Enquêteuse", resté inédit.