Livres - BD

Comme lors de chaque grande crise, les théories de conspiration mondiale reprennent du poil de la bête immonde En surfant sur le net, on trouvera vite des explications aussi définitives qu’incongrues sur la mondialisation, avec les inévitables comploteurs juifs et forcément franc-maçons Un constat qui renvoie aux fameuses années trente où on fit aussi grand cas de pareilles calembredaines. Et où on y crut tellement qu’on a fini par préparer le terrain de la déportation en publiant des listes de francs-maçons ! On rendra donc grâce au philosophe mais historien par passion Arnaud de la Croix de s’être immergé dans une question qui a fait recette à intervalles réguliers dans des revues qui flattent le côté un peu irrationnel et sensationnaliste de nos contemporains sur le nazisme et la franc-maçonnerie. Cette dernière, c’est une évidence, fut dans le collimateur d’Hitler d’autant plus que le lien entre antimaçonnisme et antisémitisme fut vite établi. Puis les sociétés plus discrètes que secrètes étaient forcément des lieux de diffusion d’idées anti-allemandes et anti-civilisatrices. Toutefois, Arnaud de la Croix ne s’est pas limité aux grands constats et a eu la bonne idée d’approfondir les racines idéologiques de l’hitlérisme.

Autre leçon de sa recherche : il faut encore et encore remonter aux sources. Oui, les maçons furent persécutés, mais un certain nombre d’entre eux furent aussi prêts à bien des compromissions tout comme le firent un certain nombre d’Eglises chrétiennes. Voilà donc un livre utile qui éclaire aussi le rôle de Hjalmar Schacht, grand financier et maçon qui accompagna le régime jusqu’au bout comme ministre et que le grand spécialiste du nazisme Ian Kershaw qualifie à juste titre de "compagnon de route improbable des Nazis"

Hitler et la franc-maçonnerie Arnaud de la Croix Racine 188 pp., env. 19,95 €