Livres - BD "En attendant Bojangles" a été vendu à 500 000 exemplaires. Difficile, après un tel succès, de sortir un deuxième opus. Olivier Boudeaut a pris une option radicalement différente.

La question surgit d’emblée, inévitablement. Et de manière récurrente. Comment sortir un deuxième roman après l’incroyable succès d’un premier opus ? Elle vaut pour Pierre Lemaitre et la suite d’"Au-revoir là-haut" comme pour Olivier Bourdeaut, l’auteur d’"En attendant Bojangles", petit ovni littéraire, perle de fantaisie, doux mélange de grave légèreté qui a emmené les lecteurs dans la danse de Nina Simone, raflant, au passage, une multitude de récompenses littéraires dont le prix France Culture-Télérama, le Grand Prix RTL-Lire ou encore le Prix Roman France Télévisions.

Deux ans, cinq cent mille exemplaires, une adaptation théâtrale, BD et cinématographique plus tard, voici "Pactum salis", Pacte de sel, un roman très différent, maîtrisé, plus âpre voire rugueux, masculin et serré. Déjà présent dans tous les médias, le jeune Olivier Bourdeaut, trente-sept ans à peine, fait un détour par Bruxelles, en ce matin gris de janvier.