Livres - BD

Le géant de la vente en ligne Amazon a débarqué en France avec son service Kindle Unlimited, une offre de lecture en ligne (streaming) de livres qui ne tardera pas à être disponible également en Belgique. Il est question de quelques semaines sans plus de précisions.

Déjà disponible aux Etats-Unis et dans certains pays européens comme l’Allemagne et l’Espagne, ce service s’apparente à ce que proposent pour les films et la musique Netflix, Spotify ou encore Deezer. Un abonnement mensuel de 9,99 €, vous permet de lire en toute liberté tout le catalogue proposé que ce soit sur la tablette de lecture Kindle ou sur d’autres supports grâce aux applications disponibles pour Android, iOS, OSX, Windows, etc. Seule restriction annoncée : l’impossibilité de conserver plus de 10 livres à la fois.

Une certaine complémentarité

L’arrivée de cette offre d’Amazon n’est pas sans susciter des craintes, notamment dans le chef des libraires déjà durement éprouvés par la vente en ligne de livres. C’est le cas de Philippe Goffe, installé à Waterloo et initiateur de Librel, une plateforme de vente d’ebooks regroupant 27 libraires. "Ce qui me dérange chez Amazon dit-il, c’est cette volonté tentaculaire de vouloir maîtriser l’entièreté de la chaîne du livre. Cela ne se fait pas au bénéfice de tous, mais à leur profit avant tout." Tout n’est cependant pas sombre ajoute-t-il. "J’ai intérêt à défendre mon métier, mais il n’est pas exclu qu’un jour, sur une plateforme comme Librel, on trouve ce genre de formule qui serait complémentaire au téléchargement. On y réfléchit. Ca pourrait être la possibilité de lire des extraits de livres en streaming ou servir l’autoédition qui a beaucoup plus de difficultés à se diffuser. On pourrait aussi permettre au public d’accéder à des choses qui ne sont pas disponibles dans un autre circuit ou moins visibles. Gallimard, tout le monde sait ce que c’est. Par contre, les éditions Philippe Goffe, personne ne sait ce que c’est."

L’enjeu du catalogue

Ce qui rassure aussi Philippe Goffe, c’est le catalogue proposé par Kindle Unlimited. "Tant que le catalogue disponible reste limité, que les éditeurs ne donnent pas accès à l’ensemble de leur catalogue, c’est moins inquiétant. Le jour où tout Gallimard sera lisible à 9,99 euros en streaming, personne ne s’y retrouvera". Sur les 700 000 ouvrages référencés, seuls 20 000 sont en français. Et il s’agit essentiellement de livres pratiques, de livres de jeunesse ou de l’encyclopédie Universalis. Les grands éditeurs français n’ont pas signé d’accord avec Amazon, pas plus que leurs homologues américains. Idem en Grande-Bretagne et en Allemagne. Kindle Unilimited peine donc à convaincre les grands de l’édition.


Aurélie Valognes : "L’offre illimitée est une belle opportunité pour mon roman"

L’aventure et le succès du roman d’Aurélie Valognes pourraient faire pâlir d’envie des écrivains confirmés édités chez de grandes maisons parisiennes. En juillet 2014, elle apporte un point final à "Mémé dans les orties", un "roman plein de vie, qui se lit le sourire aux lèvres du début à la fin" comme elle le définit sur son site internet. Elle y raconte "les tribulations hilarantes d’un octogénaire atypique, en proie à des difficultés relationnelles". La jeune auteure décide de se tourner vers Amazon pour la publication : un choix judicieux puisque "Mémé dans les orties" rencontre ses lecteurs et se retrouve propulsé en tête des meilleures ventes. Aujourd’hui, le roman d’Aurélie Valognes a été téléchargé plus de 12 000 fois et fait partie, depuis hier soir, de l’offre Kindle unlimited.

Pourquoi avez-vous publié sur Amazon ?

J’avais envie d’avoir des avis de lecteurs et j’avais peur qu’en envoyant mon roman aux maisons d’édition au mois de juillet, je n’ai pas de retour constructif rapide. J’ai recherché parmi les plateformes d’auto édition et l’offre d’Amazon était la plus intéressante. Je n’ai aucun regret sur ma démarche même si c’était une prise de risque.

Avez-vous choisi le prix de vente, 2,99 € ?

Oui, on peut tout définir. J’ai choisi de vendre mon livre au prix de 2,99 € parce qu’en-dessous d’un euro, pour moi, c’était vraiment trop peu cher par rapport au travail fourni. Avce l’offre illimitée, je sais que je toucherai moins mais pour toute personne qui lit plus de 10 % de mon livre, je perçois une commission. Cela ne représente pas les 70 % de droits initiaux mais c’est quand même plus de 50 %. L’offre illimitée est une belle opportunité pour mon roman.

Pensez-vous que l’offre constitue une opportunité aussi pour les lecteurs ?

Oui parce que cette offre n’a pas vraiment de concurrence aujourd’hui. D’ailleurs, on n’est pas obligé d’avoir une tablette kindle pour accéder à l’offre. Cela va permettre à des lecteurs curieux de découvrir un grand panel de livres.

Vous êtes donc confiante ?

Je suis plutôt favorable et j’ai envie de tester. Si dans quelques temps je me rends compte que je ne vends plus aucun livre via ce système, je me poserai des questions mais cela fait des mois que "Mémé dans les orties" cartonne. Ce nouveau programme peut amener de nouvelles personnes à Amazon et donc à mon livre, cela vaut le coup d’essayer.