Livres - BD A Paris, on s’est glissé dans le flot des touristes qui déambulent le long de la Seine. Pour écouter ce que les bouquinistes nous disent du monde des livres et de ceux qui les achètent.


Faites-vous partie des 90 % de la population qui ne s’approchent jamais des bouquinistes , de peur, je cite M. Jérôme, "de se faire attaquer par un livre…" ?

Jérôme Callais est président de l’association culturelle des bouquinistes parisiens et bouquiniste lui-même depuis 26 ans. Il a choisi le métier pour la liberté qu’il procure. "J’étais contrebassiste, j’avais un boulot qui dépendait d’administrateurs, de chefs d’orchestre pas toujours bons". Alors, quand ses potes bouquinistes lui racontent leur métier, il finit par se laisser tenter par ce qu’il nomme "la liberté", celle que lui procure le métier : "d’ouvrir quand je veux, de parler aux gens qui m’intéressent…". Un métier qui lui donne l’occasion aussi de parler de la passion qu’il nourrit pour l’objet livre, "ce vecteur de connaissance et de progrès irremplaçable. Je découvre des choses dans les livres que je ne trouve pas sur internet". Parce que, M. Jérôme le résume, "sur internet, on trouve ce qu’on cherche, pas ce qu’on ne connaît pas".