Livres - BD

Los Angeles est l’une des villes américaines qui cristallisent le mieux le désir d’une autre vie. "Tout le monde tend la main, même les bonnes âmes. Tout le monde veut son nom au générique." Ainsi écrit Richard Lange, qui a vécu et étudié dans la Cité des Anges. Remarqué lors de la parution d’un recueil de nouvelles, "Dead Boys" (qui vient d’être réédité en format poche chez 10/18), l’écrivain voit aujourd’hui traduit "Ce monde cruel", son premier roman. Où il orchestre un scénario sans faille, rehaussé par une écriture maîtrisée et enlevée qui révèle les personnages dans leurs errements.

Jusqu’à ce jour, le parcours de Jimmy Boone fut chaotique. Dans un moment de bravoure éthylique, il a accepté d’être partie prenante d’un vol. Et en a payé le prix. Le juge lui a donné le choix entre la prison et l’armée : il passera quatre années chez les Marines. Un mariage éclair et un guet-apens plus tard, Jimmy purge une conditionnelle en travaillant au Tick Tock, un bar à touristes d’Hollywood Boulevard. Là, il se tient à carreau, observe d’un œil bienveillant habitués et originaux, en se gardant bien de lâcher la bride de sa colère. Sa devise : "Rater mieux". Quand un ami lui demande de le seconder pour élucider la mort mystérieuse d’un clandestin guatémaltèque, il n’hésite guère. Cette enquête, il la poursuit bientôt en solitaire, balayant les risques encourus. Un homme est mort des blessures que lui ont infligé des chiens élevés pour combattre. Jimmy veut offrir la vérité à la femme et à l’enfant de celui qui a préféré mourir plutôt que de se faire soigner, trop affolé d’être par là repéré. Découvrir cette vérité, c’est aussi une manière de révéler le meilleur de lui-même. "Un chemin escarpé vers une forme insoumise de rédemption."

Dans "un monde qui part en quenouille", Richard Lange façonne de cruels méchants - même si le plus redoutable d’entre eux (qui "s’en fout de mourir parce qu’il devrait déjà être mort") aura la faiblesse de se laisser manipuler par celle qu’il aime -, des paumés magnifiques, des femmes entières. Donner un sens à sa vie serait pour Jimmy décrocher la plus précieuse des étoiles. Tel qu’il l’a façonné, Richard Lange le confronte à une réalité qu’il ne soupçonnait pas : la vérité peut décevoir, parce qu’elle n’est jamais que partielle. Donc insaisissable. Voir en elle un aboutissement conduit à une impasse. Elle ne saurait qu’être étape d’un cheminement.

Ce monde cruel Richard Lange traduit de l’anglais (États-Unis) par Cécile Deniard Albin Michel 350 pp., env. 23 €