Livres - BD

Un homme, la nuit", ce pourrait être le titre d’un polar. Eh bien, non. Sous cette image, Benoît Lobet fait le récit d’une quête, trace un itinéraire, conte les tribulations d’une âme, et rappelle un beau vers de Victor Hugo dont Julien Green s’était déjà servi pour un de ses romans : "Chaque homme dans sa nuit s’en va vers la lumière".

Le personnage de Benoît Lobet s’appelle Nicodème. Ce nom vous rappelle-t-il quelqu’un ? Eh oui, il vivait à Jérusalem au Ier siècle de notre ère. Une nuit, ce notable, ce lettré, alla trouver Jésus dont les actes et l’enseignement l’intriguaient. Que lui répondit celui-ci ? Que pour entrer dans le Royaume, il lui fallait renaître par l’eau et l’Esprit. Nous sommes tous des Nicodème, explique Lobet. Et de nous dire, dans un langage tout à la fois direct et plein de poésie, ce que fut le chemin de Nicodème, et quel pourrait être le nôtre.

Les étals des libraires ploient sous le poids des livres où des malades, des déboussolés, des désespérés nous content ce qu’ils endurent, les thérapies qu’ils suivent, les psys qu’ils consultent. Et nous ne prêterions pas l’oreille à un petit livre qui nous résume l’expérience et le parcours qui conduisirent à la Lumière tant d’hommes et de femmes, de Saint Augustin à la poétesse Marie Noël, parce que l’auteur en est prêtre ?

Ce prêtre, qui est aussi poète et professeur de théologie, nous évoque le cheminement du chrétien "dans le clair-obscur de l’ici-bas", et quel clair-obscur puisqu’il y a deux choses que l’être humain ignore : "il ne sait ni qui est Dieu, ni qui il est". Cette double inconnaissance ne se surmonte pas par un savoir mais par une rencontre avec la personne du Christ, qui est "ressuscité dans sa chair". Benoît Lobet nous explique comment le rejoindre et, comme l’a écrit l’homme de théâtre Olivier Py, "laisser la joie entrer dans notre nuit".

Un homme, la nuit Benoît Lobet Bayard 140 pp., env. 15 €