Livres - BD

Ce samedi, au Parc des expositions de Bruxelles, il y aura foule et grands moyens. On a déjà parlé (LLB du 4 mai) de la présence de la radio et de la télé. On va comprendre encore davantage que le concours d'orthographe de «La Libre Belgique» et la RTBF, ce n'est pas une mince affaire.

On va d'abord dire ceci: aujourd'hui, il va s'agir que tout roule. Pas de dérapages incontrôlés, pas de changement brusque de route, pas de panne. On sait où l'on veut aller, on sait comment y arriver. Et les équipes de l'asbl Balfroid, de «La Libre Belgique» et de la RTBF sont bien rodées.

Chacun sait ce qu'il a à faire. Depuis quelques semaines, les mails, les coups de téléphone, les réunions se sont multipliés. On organise, on synthétise, on finalise. Ce 5 mai, on souhaite déposer, sur le gâteau du Balfroid 2001, une belle cerise.

D'abord, il y aura... l'arrivée. Mme Balfroid fera certainement partie des tout premiers. Comme Jacques Mercier et Corinne Boulangier. Ainsi que tous les organisateurs, la RTBF, «La Libre»,... . Une répétition de l'émission télé aura lieu entre 10 h et midi. Le public n'y sera pas admis.

Les 530 enfants candidats pourront arriver dès 11h15. Dès 11h15 aussi, il y aura à boire et à manger. Le service sera assuré par les scouts de la 30e d'Etterbeek.

Tout de suite après l'enregistrement de leur nom, les enfants seront séparés de leurs parents et de leurs enseignants. La dictée de la finale aura lieu dans l'Auditorium 2000. L'émission de télé sur La Une commencera, comme celle de radio sur La Première, à 14h08.

DANS LES COULISSES

Lorsqu'ils sortiront de l'auditorium, les enfants recevront un sac en plastique aux couleurs de «La Libre Belgique». Dedans, ils y trouveront... quelques jolis cadeaux. Les 530 sacs ont été remplis à «La Libre Belgique» jeudi. Ont procédé à la mise en sacs: une équipe de «la Libre» et les secrétaires de la Fédération des instituteurs chrétiens (FIC).

Dans les coulisses, on a encore fait d'autres genres de boulots: outre de la décoration intérieure au Parc des expositions, il y eut le montage des stands des sponsors, le fléchage vers le Heysel, l'envoi des convocations à tous les finalistes, l'invitation des personnalités, etc. Une belle équipe de «La Libre Belgique» s'est mobilisée. Des remplisseurs de sacs aux hôtesses sur place au Heysel, en passant par les «convocateurs», pas mal de monde a participé. Henry Visart que l'on surnomme le «monsieur cadeaux» de «La Libre» a rassemblé des prix pour les gagnants pour un montant total de 3 millions de francs.

ADULTES ADMIS

Pour rappel (voir LLB du 3 mai), quelques adultes participeront, eux aussi, à la finale. Testeront leurs capacités orthographiques dans l'auditorium bruxellois: Marie-Paule Kumps, comédienne; Marisabelle Lomba, judoka; Manu Champagne, journaliste aux «Niouzz»; Clou, le caricaturiste de «La Libre»; Henri Vernes, écrivain; Xavier Deutsch, écrivain aussi; Christian Merveille, chanteur; Michel Lecomte, journaliste sportif à la RTBF. Simultanément, d'autres invités feront, eux aussi, la dictée, dans un studio de la RTBF Liège: dans son émission «Sucré, salé» sur La Première, Pierre Collard-Bovy recevra Marc Oschinsky, Martine Willequet, Philippe et Thierry Luthers.

Il est évidemment impossible d'oublier les correcteurs: 50 instituteurs actifs ou retraités, qui auront la tâche essentielle de lire, bic rouge en main, les copies des 530 candidats... en moins d'une heure. Puis, on repassera dans l'Audirorium 2000, pour la proclamation des résultats et la distribution des prix. On y trouvera des cadeaux de trois genres: des formidables, des merveilleux, des magnifiques.

Ensuite, ce sera... fini. Au générique de fin du Balfroid 2001, il y aura notamment la joie d'avoir bien mené le concours et une douce tristesse de le voir clôturé.À l'horizon point l'édition 2002. On y pense, des dates sont fixées.

Lundi, «La Libre» publiera deux pages complètes sur la finale.

© La Libre Belgique 2001