Livres - BD Des premiers pas à la première demeure, l’apprentissage de la vie. Parfois agrémenté de frayeurs. Surtout lorsqu’on est un petit cochon.

Qui a dit, pensé, imaginé que l’autonomie s’apprenait aisément ? Certainement pas Jean Maubille qui, de sa patte toujours aussi tonique, remuante et attachante, force volontiers le trait noir pour camper ses personnages, ce père qui tente d’apprendre à marcher à son fils par tous les moyens du bord, y compris les coups de baguette magique et les formules de type "A bras… cadabra", dont la phonétique évoque ces bras dans lesquels les enfants aiment tant se blottir. Ou se reposer. Comme ce petit garçon qui se fatigue vite. Pour l’encourager, son père lui tend la main puis sort sa baguette magique et glisse son petit dans la poche du kangourou, dans le ventre du singe, dans les pattes de la girafe voire… dans la gueule du loup. Une vilaine blague qui pourrait coûter cher au papa, avec un clin d’œil final comme les aime Jean Maubille, doué pour s’adresser aux tout-petits sans jamais tomber dans la niaiserie.