Livres - BD

Une fois n'est pas coutume : c'est un ouvrage pour bibliophiles que nous recommanderons à l'attention. Parce qu'il s'agit, à n'en pas douter, de l'étude la plus sensible, la mieux documentée consacrée, à ce jour, à Edgar Pierre Jacobs, le prodigieux créateur de "Blake et Mortimer" dès le premier numéro de "Tintin", le 26 septembre 1946.

Splendidement réalisé (en numérique) par son auteur même, Philippe Biermé - président de la fondation E. P. Jacobs depuis février 1989 -, ce travail de bénédictin comptera deux volumes qui couvriront la carrière et l'oeuvre du "baryton du Neuvième art" (parce que, dans l'entre-deux guerres, le futur génial auteur de "La Marque jaune" était artiste lyrique de profession). Tiré à seulement 100 exemplaires numérotés (auxquels s'en ajoutent 26 hors commerce), vendu exclusivement dans des librairies spécialisées en bandes dessinées, ce premier volume de "L'Enigme Jacobs", qui se penche sur les années 1904 (naissance de l'artiste) à 1946 (apparition de Blake et Mortimer), enchantera les admirateurs de l'auteur du "Mystère de la Grande pyramide". Le deuxième tome éclairera le parcours d'Edgar Pierre Jacobs jusqu'à son décès, le 20 février 1987.

Faut-il le dire ? Ce volume et le prochain (qui sera vraisemblablement terminé dans deux ans) sont appelés à devenir d'authentiques pièces de collection. Philippe Biermé nous a cependant laissé entendre que, plus tard, il existera sans doute une version DVD de ce magnifique travail. Né en 1945, artiste peintre et photographe, Philippe Biermé fut, pendant vingt ans, le précieux collaborateur, l'ami le plus proche et fidèle de Jacobs : son confident. L'ouvrage a aussi été conçu parce que Philippe Biermé estime que trop d'erreurs ont entaché des écrits récents consacrés au fantastique créateur du "Secret de l'Espadon", né à Bruxelles (5, rue Ernest Allard) le 30 mars 1904.

Rédigée avec ferveur, cette monographie contient des trésors : documents inédits, lettres familiales, photographies, dessins de mode, caricatures, etc. On voit même, via quelques nus, que la première épouse d'E.P.J., la ravissante Ninie, lui servit de modèle. Impossible de détailler les richesses de cet ouvrage émouvant (parfois même bouleversant) où des pages sont également consacrées aux amis de toute une vie que furent, pour Edgar Pierre Jacobs, Jacques Laudy et Jacques Van Melkebeke, eux dont les traits inspirèrent respectivement ceux du Capitaine Blake et du Professeur Mortimer. Enfin, Philippe Biermé parle de l'amitié, traversée d'orages, entre Jacobs et Hergé. Une étude sans égale : on l'applaudit de tout coeur.