Le souvenir d’un prince grand lecteur

Christian Laporte Publié le - Mis à jour le

Livres

Pour un grand nombre de Belges, le prince Alexandre, fils de Léopold III et de la princesse Lilian de Réthy, reste un inconnu. Il est vrai qu’il n’a jamais pu se créer de place au sein de la famille royale et qu’il a vécu dans le sillage de ses parents après leur installation à Argenteuil. Seuls ses proches savent que, tout au long de sa vie, il fut un grand lecteur, intéressé autant par les livres scientifiques et historiques que par les ouvrages plus philosophiques et, dans un autre registre, des écrits très spécialisés sur le... bridge. Mieux, le Prince lisait un livre par jour et il lui arrivait d’en relire certains en boucle, ce qui lui permettait de les citer de mémoire. Ce régime de lecture lui avait été imposé par son père ; plus tard, lorsque sa mère recevait des personnalités du monde littéraire ou scientifique à Argenteuil, il était chargé en quelque sorte de fournir leur substantifique moëlle à l’auteur de ses jours afin de l’assister dans ses audiences.

Alexandre de Belgique n’a jamais abandonné sa passion après son mariage, passant de longues heures à l’étage de sa demeure au domaine "Landsrode" à Rhode. Moins connu : le prince excellait aussi dans l’interprétation des poèmes (en néerlandais et avec l'accent "west-vlaams") de son grand-père maternel, l’ancien gouverneur Hendrik Baels, ce qui a amené la princesse à les rééditer en forme de plaquette avec une préface d’un autre West-Flandrien bien connu, Yves Leterme. Mais c’est sur le long terme que la Princesse veut perpétuer son souvenir. C’est ce qui l’a amené à créer un double prix littéraire Prince Alexandre de Belgique, un néerlandophone et un francophone, qui sera remis chaque année le 29 novembre, date anniversaire de son décès.

"Nous avons pu compter sur l’appui du Fonds d’Entraide Prince Alexandre, qui a confié l’organisation du prix au Musée des lettres et des manuscrits de Bruxelles ainsi qu’à l’éditeur Hervé Gérard", explique la Princesse. "Pour sa première édition, il mettra à l’honneur un essai philosophique ou historique relatif à l’histoire ou au patrimoine de la Belgique."

Mais on n’en restera pas là : il est fort probable que l’an prochain, il se focalisera plutôt sur les sciences ; et il n’est pas exclu que la BD, grande spécialité belge mais aussi genre fort apprécié par le Prince qui avait pu rencontrer Hergé, soit mise à l’honneur plus tard. Le prix d’une valeur de 2 000 euros (par Communauté) et une possible édition, s’adresse aux écrivains de nationalité belge qui doivent développer un aspect de notre histoire destiné à un large public. Les manuscrits doivent être adressés avant le 31 août et seront passés au peigne fin par deux jurys comprenant notamment, du côté francophone, le Prix Nobel Christian de Duve ainsi que les journalistes Jacques Bredael et Patrick Weber, l’éditeur Hervé Gérard, le président de la Foire du livre de Bruxelles ou encore Gérard Lhéritier, président des Musées des manuscrits de Bruxelles et Paris. Dans le jury néerlandophone, on retrouvera le ministre d’Etat Mark Eyskens et la journaliste Frieda Joris, mais aussi l’historienne Céline Préaux, grande spécialiste des francophones de Flandre.

Renseignements : www.fondsdentraidehulpfonds.be

Publicité clickBoxBanner