Médias/Télé

Les pères fondateurs de "La Libre Belgique" sont incontestablement des personnalités qui ont fait preuve de génie et de courage. Évocation de François Le Hodey, éditeur de La Libre Belgique, administrateur délégué IPM Group.

Quelle formidable inspiration que de créer un journal, il faut capter un courant de pensée, définir une offre éditoriale, concevoir un style d’expression, transformer ces feuilles de papier et ces mots en une personnalité, lui donner un nom, un titre, une image, un ADN qui traversera le temps.

Quelle impressionnante contribution à la liberté que de créer un journal pendant la guerre, il faut défier l’occupant, trouver les informations, écrire sans crainte, produire et distribuer le journal, le tout au péril de sa vie.

Nos sociétés modernes vivent comme si la liberté allait de soi, qu’elle était millénaire, qu’elle était propre à la nature humaine et à toute organisation sociale, il est vrai qu’à partir du moment où chacun peut, via son ordinateur ou son téléphone portable, exprimer sa pensée à destination du monde, tout cela à l’air tellement évident.

Et pourtant, en Belgique, les libertés d’opinion et de la presse datent de l’adoption de notre Constitution en 1831, ces libertés ont été précisées en 1950 avec l’adoption de la Convention européenne des droits de l’homme, le reste sera l’affaire de l’évolution de la pensée qui nous affranchira d’un grand nombre de normes sociales et les conséquences des révolutions technologiques jusqu’à celle d’Internet et de la mobilité.

Mais les tragiques événements de Charlie Hebdo et l’obscurantisme qui continue de sévir dans le monde nous rappellent combien la liberté est une valeur fragile dont nous devons prendre soin.

Des pères fondateurs à "La Libre" d’aujourd’hui, c’est une formidable histoire d’hommes et de femmes qui ont poursuivi cette mission d’expression de la liberté via le journalisme d’information, d’investigation et d’opinion.

Tout l’enjeu est de rester soi-même tout en évoluant, d’être consistant avec l’ADN initiale de "La Libre Belgique", tout en se réinventant à chaque grande période de l’histoire pour être percutant, utile et juste dans le contexte socio-politique de son époque.

De notre ADN historique, nous tirons l’inspiration d’être un journal de fonds, un journal qui recherche la qualité, un journal qui croit au génie humain comme moteur de la vie sociale et de l’évolution, un journal qui reconnaît l’importance des solidarités et nos interdépendances, un journal qui sait que le monde est une histoire d’évolution et qu’il faut donc en permanence être à la pointe du progrès, un journal qui a une vision sur l’humanité, sa destinée philosophique et spirituelle, et qui participe à la recherche du sens dans la dialectique entre croyances et rationalités.

"La Libre Belgique" ou "La Libre" a magnifiquement réussi son intégration dans la révolution digitale de ces dernières années, son lectorat ne fait que croître, aujourd’hui ce si beau titre qui nous rappelle la liberté et ses combats, s’exprime tant sur le journal imprimé que via son site Internet, ses applications mobiles, ses newsletters, ses alertes sur l’actualité, ses forums avec les opinions et les débats, et ses interactions sur les réseaux sociaux.

Le cœur de cette réussite qui fait que cette marque aujourd’hui centenaire est à la pointe de la révolution des médias digitaux, c’est la relation essentielle qui se noue chaque jour, chaque heure, chaque minute entre ceux et celles qui réalisent les contenus et la communauté des lectrices et des lecteurs qui accordent leur intérêt à ces contenus, et qui participent à la vitalité de "La Libre" via leur confiance et leurs contributions sous formes d’opinions, de courriers des lecteurs ou de réactions sur les forums.

Du haut de ces cent années d’histoire commune, nous exprimons notre gratitude à tous ceux et celles qui ont permis l’existence de cette aventure exceptionnelle et notre confiance dans son avenir.