Médias/Télé

La ministre de l'Audiovisuel Fadila Laanan va créer un instrument de soutien au journalisme d'investigation, doté de 250.000 euros, a-t-elle annoncé dimanche soir. Au cours de ses débats de lundi et mardi, le parlement de la Communauté française devrait pour sa part adopter le décret organisant le paiement accéléré de l'aide à la presse 2009 pour les quotidiens.

La ministre annoncera officiellement la création de l'instrument de soutien lors d'une "table ronde" organisée mercredi matin avec les représentants des éditeurs et des journalistes et ceux des autres niveaux de pouvoir concernés. Elle dressera également l'état des lieux des revendications enregistrées lors des rencontres tenues avec ces représentants avant les vacances de Pâques.

Le soutien au journalisme d'investigation résulte d'une demande formulée alors par journalistes et éditeurs. Mme Laanan a dégagé en urgence un montant de 250.000 euros pour cette année. Ce budget devrait être confié à l'Association des Journalistes Professionnels (AJP). Un jury indépendant devrait être mis en place et des critères et montants maxima des aides définis.

L'objectif sera de garantir la disponibilité de contenus journalistiques de qualité nécessitant une forte implication journalistique et destinés à être publiés dans les médias qui n'auraient plus les moyens financiers suffisants. Ce fonds sera accessible à des journalistes salariés comme indépendants, de la presse écrite, comme de l'audiovisuel, précise le cabinet. L'autre proposition de décret prévoit le versement dès le mois de mai d'une avance, à hauteur de 85%, sur l'aide 2009 versée à chaque entreprise de presse en 2008. Cette aide s'élève (montant à 100%) à 6,2 millions pour l'ensemble des entreprises de presse: Vers L'avenir, Sud Presse, Le Soir, La Dernière Heure, IPM (La Libre Belgique), L'Echo et JFB (Les Journaux Francophones Belges).

L'aide 2009 finale sera calculée avec précision et liquidée aux entreprises, déduction faite de l'avance. Toutefois, si entre le 30 septembre 2008 et le 30 septembre 2009, le nombre de journalistes a diminué, un tiers de la seconde tranche de l'aide 2009 sera retenue sauf si la réduction de l'emploi journalistique résulte d'un accord négocié avec les organisations représentatives des travailleurs.

Le pourcentage de la première tranche comme celui de la retenue résulte des contacts avec les éditeurs, le but étant de dissuader les éditeurs de réduire leur personnel et certainement pas de provoquer ou d'aggraver d'éventuelles réductions d'emplois programmées, souligne la ministre. Celle-ci dit encore regretter que les partis d'opposition n'aient pas cosigné cette proposition, alors que l'ensemble des groupes politiques démocratiques a voté en février une résolution destinée à donner une réponse aux préoccupations du secteur sous forme d'Etats généraux.

La proposition de décret doit être prise en considération par le parlement de la Communauté française lundi à 14 heures en séance plénière puis, le cas échéant, débattue en Commission dès 15 heures. Confrontés à des difficultés financières attribuées à la conjoncture économique, les éditeurs de presse écrite quotidienne s'étaient adressés aux gouvernements bruxellois, de la Communauté française et wallon, demandant le doublement des aides directes à la presse, de 6,2 à 12,4 millions d'euros par an. Mais le gouvernement de la Communauté française estimait que la demande des éditeurs francophones arrivait un peu tard, juste après le vote du budget 2009 au parlement et alors que l'ajustement prévu du budget 2009 entraînera 400 millions d'euros d'économies.

La ministre a alors émis l'idée de tenir des Etats généraux des médias. Après avoir rencontré toutes les parties, elle a été chargée par le gouvernement de l'organisation d'une Table ronde associant les ministres compétents de la Communauté et des deux Régions, les éditeurs, les journalistes et les utilisateurs afin de cerner les enjeux et les défis pour le secteur de la presse écrite. Dans cette perspective, les personnes qui s'étaient manifestées en marge de la demande d'aide financière des éditeurs de presse quotidienne ont aussi été reçues, avant les vacances de Pâques, par la ministre et ses collaborateurs (AJP, syndicats, associations des éditeurs de périodiques, Fédération des télevisions locales, association Radios¿). La ministre a alors préparé les deux mesures proposées aujourd'hui au parlement, susceptibles d'être encore prises avant les élections du 7 juin et compte tenu du fait que le parlement devrait suspendre ses activités fin avril. Le parlement de la Communauté devrait aussi examiner lundi en Commission la proposition de décret créant le Conseil de déontologie journalistique, déposée par les quatre groupes démocratiques.

Le texte doit définir les modalités de soutien à l'instance d'autorégulation de la déontologie journalistique en matière d'information que ces associations souhaitent créer. Un premier avant-projet avait été adopté par le gouvernement fin 2007. Il faisait l'objet d'un consensus politique parmi les parties concernées mais il s'est heurté à certaines difficultés légistiques, quant à certaines de ses modalités pratiques.