Médias/Télé

25 ans plus tard, Marc-Olivier Fogiel raconte comment on lui demandé de perdre lors d'un jeu télévisé présenté par Nagui.

La scène se déroule en novembre 1993. Marc-Olivier Fogiel est un quasi-inconnu du grand public, alors que Nagui anime un jeu télévisé qui s'appelle "Que le meilleur gagne!". Ce jeu, qui connaissait un grand succès, rassemblait 200 candidats et les éliminait un à un jusqu'en finale où, sur le même principe, il n'y a qu'un seul gagnant.

Cette année-là, la production décide d'organiser une émission spéciale où les 200 candidats sont des personnalités connues de la télévision, mais "ils raclaient un peu les fonds de tiroir", commente Marc-Olivier Fogiel qui parle de son propre cas. A côté des Nelson Monfort, Gérard Holtz, Julien Lepers ou Jean-Yves Lafess, "Marco" n'a "pas du tout le profil" puisqu'il n'était qu'un simple journaliste. Tout le monde espérait donc une grande finale avec deux personnalités prestigieuses... pas de chance, Marco arrive en finale face à Gérard Holtz.

Et c'est à ce moment-là que la magouille se passe. Alors que le jeune journaliste répondait bien à plusieurs questions (et pas Gérard Holtz), la machine se met à buguer détaille Marc-Olivier Fogiel. Cela se passe une fois, deux fois, trois fois. A chaque fois, le tournage s'interrompt, raconte-t-il.  "Marie-France Brière, la productrice et qui était directrice des programmes de France 2, vient me voir et me dit : 'Ecoute, tu veux bien perdre, s'il te plaît ? Le gagnant ne peut pas être un inconnu... Déjà que tu arrives en finale, c'est un problème parce que y a 99% des gens qui vont se demander qui est l'imbécile qui arrive en finale (...) C'est pas possible !'", raconte-t-il devant deux animateurs de RTL à qui il raconte l'anecdote.

Et Marco qui n'était alors qu'un simple journaliste cède la victoire au journaliste sportif d'Antenne 2. "Donc, j'ai perdu et Gérard Holtz a gagné. Je crois qu'il croit encore qu'il a vraiment gagné mais désolé Gérard, c'était moi!".