Médias/Télé

Sur le papier, c'est chou vert et vert chou. «Affaires non classées», nouvelle émission que RTL-TVI diffuse ce vendredi soir, ressemble en effet comme deux gouttes d'eau à «Appel à témoins», cette émission que la RTBF décida de supprimer de ses grilles en janvier dernier. La place ne sera donc pas restée vacante bien longtemps. Surfant sur la vague des affaires judiciaires non élucidées, RTL-TVI a décidé de reprendre le flambeau avec un concept ressemblant en tout point à l'émission produite jadis par la chaîne publique. C'est de bonne guerre!

Stéphane Rosenblatt, directeur de l'info et des programmes, se défend toutefois d'avoir voulu «cloner» l'émission ertébéenne. «Lorsque la RTBF a arrêté son émission, la police fédérale a sondé notre intérêt pour reprendre le flambeau. Nous étions preneurs mais à la condition de rendre le concept plus dynamique, plus crédible, plus efficace. A la fois sur le fond et la forme», explique M.Rosenblatt.

Un coup d'essai

Pour l'heure, la direction de la chaîne privée a décidé de tester une émission. Elle sera évaluée avec la police fédérale et la justice. «Mais la volonté est de poursuivre l'expérience sur le long terme», reconnaît Stéphane Rosenblatt, estimant que le thème des affaires judiciaires touche le grand public.

«Affaires non classées» sera présenté en direct depuis les locaux de la police fédérale par la journaliste judiciaire Dominique Demoulin. Les téléspectateurs découvriront reportages et reconstitutions, entendront l'avis d'experts, magistrats et policiers. De son côté, Christophe Giltay, installé au call-center de la police fédérale (0800/2020), fera le point sur les appels et les témoignages de téléspectateurs.

Une commission commune a été mise sur pied pour sélectionner les affaires traitées lors de l'émission. Si la chaîne est liée par le secret de l'instruction (puisqu'il s'agit d'affaires toujours en cours), elle aura la liberté éditoriale de choisir les dossiers.

Pour l'émission de ce soir, cinq affaires non résolues seront traitées. Parmi elles, on épinglera notamment le dossier de la jeune fille au pair, présumée victime de Michel Fourniret. Pour la toute première fois, un portrait-robot de la jeune disparue sera montré aux téléspectateurs.

© La Libre Belgique 2004