Belgium’s got talent: du pathétique au ridicule

Frédéric Seront Publié le - Mis à jour le

Médias/Télé

Rarement une émission aura fait l’objet d’un tel matraquage de la part d’une chaîne. Même The Voice, l’an dernier, sur la RTBF, n’avait pas bénéficié d’un tel ramdam médiatique. C’est dire si la première de Belgium’s got talent allait être scrutée avec attention. Et la déception (pour employer un euphémisme) aura été à la hauteur de l’attente, annonce La Dernière Heure.

Si le programme aura créé le buzz, c’est surtout par les avis négatifs qui ont fleuri toute la soirée de lundi sur Facebook. Pourtant, RTL y a mis les moyens, Jean-Michel Zecca et Julie Taton sont des pros de chez pro et le jury n’a pas sa langue en poche. Mais là où le bât blesse d’emblée, c’est sur l’essentiel : les candidats ! Car si les jurés ont eu la gâchette facile lorsqu’il s’agissait de buzzer et de donner une croix rouge aux participants, on avait presque systématiquement envie de les devancer ! Pour une émission censée mettre en valeur des talents on a attendu en vain qu’ils se manifestent !

A l’arrivé, hormis un gamin, dans la première partie, qui chante merveilleusement bien (pourquoi ne s’est-il pas inscrit à The Voice ?), on n’a quasi pas vibré. Tout n’était pas nul, loin de là. Mais le pathétique le disputait souvent au ridicule ! Quand on sait que RTL n’a retenu que 170 candidats sur les 1.500 qui se sont inscrits, on se demande vraiment à quoi devaient ressembler les autres numéros. Car si on s’amuse toujours à voir quelques participants à côté de leurs pompes (c’est la règle de ce type d’émission), il faut que ce soit contrebalancé par de vraies révélations qui nous font vibrer et donnent la chair de poule. Et ça, ce n’était pas le cas.

Les trois quarts des candidats étaient pitoyables, entre une strip-teaseuse carolo au numéro aussi sexy qu’une pub pour un prêt hypothécaire, une famille qui danse de la country ou un jeune homme qui nous massacre la chanson du Roi lion et aurait sans doute eu sa place dans les inoubliables de La Nouvelle Star (vous savez, ceux qui venaient chanter exprès comme une casserole juste pour se faire remarquer et passer à la télé).

Bien sûr, à côté de ça, on a vu des choses sympas : des numéros de claquettes, une chorale, des danseurs, un fakir qui se transperce de partout (bien que RTL ait coupé au montage le clou de son numéro, lorsqu’il s’enfonce un crochet de boucher dans la langue). Mais qu’est-ce qu’on peut en attendre après ?

Pourtant, on nous assure que des grands talents, il y en a eu dans les castings. Mais, visiblement, RTL aurait choisi de les garder pour les dernières émissions de castings (il y en a 6 au total). Une erreur, car c’est dès le premier numéro, lundi soir, qu’il fallait bluffer les téléspectateurs, les épater, leur montrer qu’on a nous aussi notre Susan Boyle. On ne s’est certes pas ennuyé, on a souvent ri aux dépends des candidats. Mais il faut aussi qu’on ait de réelles révélations. Si l’émission ne veut pas devenir la risée de l’année, il faudra sans doute retourner très vite en salle de montage et nous proposer un autre spectacle dès lundi prochain. L’enjeu pour RTL est énorme. Et s’il n’est pas trop tard pour rectifier le tir, il ne faut pas attendre non plus...

Publicité clickBoxBanner