Bern : "La France est un musée à ciel ouvert"

Caroline Gourdin, Correspondante à Paris Publié le - Mis à jour le

Médias/Télé Entretien

Les internautes viennent d’élire sur france2.fr "Le Village préféré des Français". Une opération pilotée par France 2, Morgane Production et Stéphane Bern, qui révélera ce soir le nom du village plébiscité parmi une liste de 22 lieux renommés. Les plateaux de l’émission ont été tournés à Saint-Suliac (en Bretagne), Baume-les-Messieurs (en Franche-Comté) et La Roche-Guyon (en Ile-de-France).

"Ce que j’aime, c’est le patrimoine, à la fois historique, culturel, monumental, et aussi le bien vivre ensemble, la convivialité. Ce que les gens préfèrent, ce n’est pas seulement le plus beau village en termes esthétiques, mais aussi celui où on vit le mieux , précise Stéphane Bern, qui se fait aussi militant. Les Français sont en train de perdre leurs racines historiques et leur enracinement terrien. On est tous des citadins contrariés. On a envie de retourner vers le village idéal, sublimé. Baume-les-Messieurs, c’est beau mais il n’y a plus de boulanger Le but est de donner envie aux gens d’y aller."

Pour attirer le grand public, Michel Drucker sera à Baux-de-Provence, Madame de Fontenay à Rodemack, en Lorraine, et Elodie Gossuin à Gerberoy, en Picardie. "Nous avons choisi un village par région de France, toute la presse locale a joué le jeu, et 75 000 internautes ont voté sur le site de France 2 ! Ce programme est destiné à s’installer, avec un numéro par an."

"Le Village préféré des Français" s’inscrit dans la même logique prescriptrice que "Secrets d’histoire", dont la saison estivale démarre le 3 juillet. "Il y a une vraie incidence économique. Un "Secrets d’histoire", c’est 30 % de visiteurs en plus. Nous sommes dans la mission du service public. Quand on tourne, je loge dans des gîtes ruraux et les gens viennent me raconter leur vie, et me disent : ‘Aidez-nous à mettre en valeur ce patrimoine pour que les gens viennent, dépensent ’ Je suis allé dans des villages où il n’y a plus de tissu économique et où le seul bien est le patrimoine culturel. La France est un musée à ciel ouvert et un jardin, qu’il faut préserver."

Dans la logique défendue par Stéphane Bern, Versailles, qui accueille le premier "Secrets d’histoire" consacré à Louis XIV (nous y reviendrons), "est un des monuments les plus visités au monde, qui attire le plus de fonds privés au monde. C’est un showroom, la vitrine de tout ce qu’on savait faire de mieux à l’époque en France, avec Le Brun, Le Vau, Le Nôtre, Mansart On a appelé cela le Grand Siècle, le moment où le génie français était à son apogée".

L’autre passion de Stéphane Bern, c’est l’Histoire. "C’est la seule matière où j’étais bon à l’école. Cela m’a tout ouvert. J’avais envie de tout lire pour pouvoir contredire mes profs. On ne peut être des citoyens responsables que si on connaît notre histoire; sinon, on est condamnés à la revivre et à en revivre les pires moments. Mon obsession est de défendre les valeurs humanistes. La démocratie, et les racines du bien, comme du mal, sont à trouver dans l’Histoire. Encore faut-il la connaître. Notre ambition est de raconter l’Histoire sans prendre parti, en donnant les clés pour comprendre", poursuit l’animateur.

L’occasion de se pencher sur des personnages finalement méconnus comme Louis XIV "Nous allons tordre le cou à certaines idées reçues. Louis XIV n’a jamais dit : ‘L’Etat, c’est moi’, par exemple. Tout le monde croit le connaître, et en réalité, qui peut prétendre le connaître vraiment ? Je ne suis pas historien, mais j’essaie de m’entourer des meilleurs, avec un principe : l’émission doit être, sur la forme, la plus didactique possible. Je suis le naïf, j’ai juste envie d’apprendre l’Histoire telle que j’aurais aimé qu’on me la raconte à l’école. L’Histoire est devenue secrète, si j’en juge par les manuels scolaires. Louis XIV est programmé au mois de juin, donc on ne l’apprend plus. Et dans ce pays, les sciences exactes ont pris le pas sur les sciences humaines. Ma plus belle récompense, ce sont ces mères de famille qui me disent, lors des signatures de mon livre, dans des villes de deuxième importance : ‘Vous avez redonné le goût de l’Histoire à mes enfants’."

Assurée de faire de l’audience (plus de quatre millions et demi de téléspectateurs pour Elisabeth II), "Secrets d’histoire" va quitter son écrin estival dès septembre pour un nouveau rendez-vous, une fois tous les deux mois.

"Avec la vente de mes livres, des DVD, on voit qu’il y a un goût pour ça, et les sujets sont variés et inépuisables. On peut déjà annoncer un numéro consacré à Lafayette pour novembre, au moment des élections américaines. J’ai renoncé à tout autre projet qui m’était proposé pour me consacrer à "Secrets d’histoire" et "Comment ça va bien" sur France 2, et à "A la bonne heure !" sur RTL."

France 2 a également proposé à Stéphane Bern de retrouver Marie Drucker le 20 octobre, pour commenter en direct le mariage du Grand-Duc héritier de Luxembourg, le prince Guillaume, avec la comtesse (belge) Stéphanie de Lannoy.

"Cela me touche parce que je suis Luxembourgeois. Je connais le marié depuis qu’il est né. La personne qui les marie, le bourgmestre de Luxembourg, est un de mes meilleurs amis. On y attend aussi tous les chefs d’Etat européens, et notre couple présidentiel pour le premier mariage royal du quinquennat."

Publicité clickBoxBanner