Médias/Télé Arte retrace ses débuts à 22 h 45 et France Inter crée une webradio dédiée au 7e art.

Le Festival de Cannes est né d’un acte de résistance. C’est Philippe Erlanger, chef du service des échanges artistiques internationaux, qui en a eu l’idée. Délégué du gouvernement français, il assiste en 1938 à la Mostra de Venise pour soutenir "Quai des Brumes" de Marcel Carné.

Cette année-là, deux films remportent la Copa Mussolini : le premier, "Luciano Serra, pilote", a été coréalisé par un des fils du Duce; le second est un documentaire de Leni Riefenstahl, "Les Dieux du stade", ode à la supériorité de la "race aryenne".

Pourtant en bonne place, le chef-d’œuvre de Marcel Carné obtient un prix de consolation. Ulcéré par l’emprise de la censure fasciste et de la propagande nazie, Philippe Erlanger imagine alors, dans le train du retour, un festival du monde libre. Un rempart culturel contre la barbarie qui se profile.

Une première ajournée

Jean Zay, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, rejoint le haut fonctionnaire à l’Education nationale, journaliste et critique, dans son ambition. La première édition du Festival de Cannes doit avoir lieu le 1er septembre 1939. Mais un ouragan, survenu quelques jours plus tôt, et la déclaration de mobilisation générale, en auront raison. Il faudra attendre septembre 1946 pour que le projet voie le jour.

Dans un documentaire, Cannes, le festival libre, diffusé ce mercredi, sur Arte, Frédéric Chaudier resitue la petite histoire de cette manifestation culturelle dans le contexte de l’époque. Sur la base d’archives, de photos et de brèves séquences de films, commentées par Charlotte Rampling, l’auteur s’attache surtout au parcours des deux concepteurs du Festival, Philippe Erlanger et Jean Zay.

Le second trouvera la mort en 1944, sous les balles de la milice. Le premier, exilé à Cannes, puis caché dans une pension de famille, échappera à la traque des juifs.

Films et webradio

En marge de la 71e édition du festival, Arte propose également une programmation spéciale sur son antenne, avec des films tels que "L’Effet aquatique" de Solveig Anspach et Jean-Luc Gaget ce mercredi, "Le Vent se lève", "La Vie d’Adèle", "Le Fils de Saul", etc. A découvrir aussi sur arte.tv les rencontres d’Olivier Père, le directeur du cinéma chez Arte France, avec les réalisateurs et acteurs des films sélectionnés cette année.

De son côté, France Inter a eu l’excellente idée de dédier une webradio au festival. "Ecoutez le cinéma" (sur franceinter.fr) est une antenne riche en portraits, en masterclasses (Christopher Nolan, John Travolta, Gary Oldman) ou leçon de cinéma (Martin Scorsese). On y retrouve aussi des tables rondes et des débats sur le cinéma d’aujourd’hui, ou encore de la musique, avec les "playlists des cinéastes".