Médias/Télé

Son nom, si belge, est, à lui seul, un casse-tête pour l’auditeur lambda de France Inter. Mais que dire de son style, savant mélange d’info et de dérision ? Bien que ceux qui la croisent n’ont jamais ignoré son potentiel comique, sa véritable montée en puissance caustique remonte à la dernière campagne présidentielle française. Un marathon durant lequel la pétillante trentenaire ne se gêna guère pour pointer du micro, ou du bout de son blog, les travers de ses confrères journalistes français lancés en pleine identification pro-Hollande. Une sortie qui ne lui a pas valu que des amis…

Sa chronique quotidienne de campagne a été l’un des grands succès de la matinale de La Première et l’a d’ailleurs placée dans le viseur de Pascale Clark sur France Inter. Un baptême du feu réussi haut la main puisqu’en juin dernier on apprenait qu’elle formerait avec l’humoriste Alex Vizorek, le duo de l’été du "75 minutes". Une nouvelle étape qui la conduit à la présentation de la tranche 5-7 sur France Inter, dès ce lundi.

Originaire de La Louvière - dont elle contrefait l’accent avec saveur et une pointe de tendresse -, la journaliste a fait ses classes à l’ULB, puis à l’ESJ Paris. Observatrice pointue et enjouée, c’est sans doute au Burkina Faso, sa deuxième terre d’exploration favorite, qu’elle a soigné son sens de la réplique qui claque et de la description haute en couleur. Charline Vanhoenacker y a soigneusement développé son sens de la débrouillardise et de l’autodérision. Deux qualités indispensables lorsqu’on part à la conquête de la capitale française.Karin Tshidimba